22.06.2018, 16:00

Le coup de cœur du directeur du Musée valaisan des bisses

chargement
Le bisse d'Ayent a été tracé au flanc de la montagne. Les randonneurs empruntent une grotte pour franchir certains obstacles.

Bisses En matière de tourisme doux, ils constituent un argument massue. Ces petits cours d’eau attirent des milliers de visiteurs en Valais durant la belle saison. Directeur du Musée valaisan des bisses, Gaëtan Morard nous présente celui qu'il préfère.

Ils constituent un pan essentiel de notre économie, autant sur le plan agricole sous la forme de canaux d’irrigation qu’en matière touristique le long de leur parcours emprunté par une multitude de randonneurs. Ils, ce sont les bisses qui, depuis 2012, ont un écrin, le Musée valaisan des bisses, situé à Botyre, sur la commune d’Ayent, dans une ancienne maison du XVIIe siècle. C’est là qu’officie Gaëtan Morard, directeur et responsable scientifique d’une institution dotée d’une dizaine de salles réparties sur trois étages. Celui qui, en 2015, a succédé à l’emblématique Armand Dussex à la tête du musée nous livre son «bisse coup de cœur» alors que la saison estivale vient tout juste de débuter.

Depuis 1448

Gaëtan Morard a opté pour le grand Bisse d’Ayent. Long d’une quinzaine de kilomètres, il se présente sous la forme qui est la sienne actuellement depuis… 1448 et traverse des paysages variés entre le Barrage du Rawyl et les mayens d’Arbaz. Lorsqu’on lui fait remarquer que le choix sonne un peu trop comme une évidence, l’homme se défend en avançant un argument émotionnel. «Je suis originaire d’Ayent et ce bisse est celui de mon enfance, celui dans lequel j’ai fait mes premières courses de pives avec mon père», nous confie Gaëtan Morard. Ce bisse – en particulier l’un de ses tronçons à flanc de montagne – a la particularité d’avoir été choisi pour servir d’illustration au nouveau billet de 100 francs qui sortira courant 2019.

De la Lienne à la Sionne

Le bisse d’Ayent qui a été rénové dans les années 90 dans le respect des techniques d’autrefois prend son eau dans la Lienne et se déverse dans la Sionne. Il est exploité par le consortage du grand bisse d’Ayent qui assure son entretien et redistribue l’eau à ceux qui en ont besoin, les vignerons en particulier. Est-il aisément accessible? «Il faut avoir le pied sûr, être bon marcheur au départ», concède Gaëtan Morard. «Par la suite, il est accessible aux randonneurs lambda.»

A lire aussi: Le Musée valaisan des bisses veut accroître sa visibilité

En savoir plus: Détails sur le bisse d'Ayent
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

CinémaPlume & Pellicule à Sierre, une édition de «résistance positive»Plume & Pellicule à Sierre, une édition de «résistance positive»

DanseCocoonDance fait éclore un corps nouveau, né de la grâce et de la violenceCocoonDance fait éclore un corps nouveau, né de la grâce et de la violence

Au milieu de l’azurVercorin: les pilotes de parapente se retrouventVercorin: les pilotes de parapente se retrouvent

Vercorin: voler comme les oiseaux

Ce sport aérien a le vent en poupe. A Vercorin, la saison estivale a été intense. La compétition Vercorun permettra...

  22.09.2020 17:34

LoisirsValais: ces sorties qui font planerValais: ces sorties qui font planer

Valais: ces sorties qui font planer

Pour se sentir pousser des ailes, quoi de mieux qu’une séance sensationnelle dans les airs? Nos suggestions pour une...

  22.09.2020 15:03

Accords et désaccordsArt et censure: l’horreur est humaine. La chronique de Jean-François AlbeldaArt et censure: l’horreur est humaine. La chronique de Jean-François Albelda

Art et censure: l’horreur est humaine

«Mettons les choses au point une fois pour toutes. La littérature, ce n’est pas l’art du bien. La littérature est l’art...

  21.09.2020 20:00
Premium

Top