02.03.2020, 15:00

Fully: le groupe patoisant Li Brëjoyoeü monte sur scène

chargement
Lucien Biselx, Marcia Grange, Roland Carron, Jérôme Darbellay, Madjid Hemdane, Josiane Grange, Pierre-Elie Carron, prêts à jouer la comédie en patois.

Deux soirées placées sous le signe de la bonne humeur à la salle de gym de Charnot, à Fully, les 6 et 7 mars. Chants, sketchs et pièce de théâtre au menu.

Le coronavirus ne doit pas avoir de traduction en patois, car l’épidémie n’empêchera pas la fête de se dérouler ce week-end. Le groupe patoisant Li Brëjoyoeü propose deux soirées musicales et théâtrales, le vendredi 6 et le samedi 7 mars à la salle de gymnastique de Charnot. Ces soirées ne s’adressent pas qu’à un public qui maîtrise le patois, car une traduction française sur grand écran est proposée.

Après une entrée avec quelques chants, avec le petit chœur des patoisants dirigé par José Carreira, c’est un sketch – écrit en français par Marcia Grange et traduit en patois par Raymond Ançay – qui ouvrira les feux, sur le sujet des différentes manières de vivre dans notre monde actuel.

Faire vivre le patois avec humour

La partie principale du spectacle se déclinera sous la forme d’une comédie en deux actes, écrite directement en patois et mise en scène par Raymond Ançay. «L’a-te itô, u… l’a pâ itô?», qui signifie «Y est-il allé ou… n’y est-il…pas allé?» verra se rencontrer deux personnages différents, l’un qui se fait sans cesse du souci et l’autre qui ne s’énerve pas facilement. Il sera aussi question d’une histoire entre un braconnier et un garde-chasse.

«Nous présentons chaque année une comédie et des sketchs humoristiques », précise Raymond Ançay. Le groupe patoisant, qui œuvre sous sa forme actuelle depuis 1977, a pour but de faire rire le public tout en perpétuant la tradition du patois, lors de soirées ponctuées par un verre de l’amitié. L’auteur de la pièce souligne que le spectacle est mis sur pied par toute une équipe, «notamment pour le montage des décors».

En savoir plus: Le programme détaillé des deux soirées en patois

A lire aussi : Le patois langue nationale minoritaire: le président de la Fondation valaisanne du patois commente


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top