02.04.2019, 15:30

«Ce que j’aime à Torgon, c’est…»

chargement
Michel Neuhaus apprécie le coup d'œil sur les montagnes, la plaine du Rhône et le village de Revereulaz.

Mon village Ayant quitté Saint-Blaise pour les hauts de Vionnaz, Michel Neuhaus apprécie à Torgon la beauté des paysages et la richesse de la faune et de la flore.

Il conserve un brin d’accent fleurant bon les rives du lac de Neuchâtel. Mais s’il a d’abord fréquenté Torgon comme résident secondaire, Michel Neuhaus y a définitivement posé ses valises il y a un peu plus de  vingt ans. Depuis, il y coule une retraite active. Président de la Société de développement durant cinq ans, aujourd’hui à la tête de la Sauvegarde du patrimoine de Vionnaz, il ne tarit pas d’éloges sur cette région qui l’a adopté.

Qu’est-ce qui fait la richesse de votre village?

La nature qui l’environne, les magnifiques paysages et le panorama exceptionnel. Il y a ici des lieux magiques, qui résonnent. La population est particulière: elle compte peu d’anciens, remplacés par des retraités qui n’ont pas leurs racines ici. Malgré cela, les gens se connaissent, se saluent et s’arrêtent pour discuter.

Un endroit pittoresque que vous aimez faire découvrir?

Le village voisin de Revereulaz, ancienne capitale de la montagne. Au début du XXe siècle, c’était une véritable station touristique où les étrangers venaient faire des cures de bon air et se baigner dans les ruisseaux. L’église paroissiale y a été construite sous forme de corvées il y a 120 ans. Je veux aussi parler de la chapelle de Recon, inscrite dans la liste des monuments historiques de l’Etat du Valais. Je lui ai consacré un livre et j’ai été à l’origine de sa restauration.

Le bistrot dans lequel vous vous rendez à l’heure de l’apéro?

Je fais le tournus pour prendre un café mais je n’y bois plus l’apéro régulièrement. Car hélas, la belle époque qui voyait les gens s’y rencontrer pour refaire le monde ou compléter les nouvelles n’existe plus.

Un lieu pour vous ressourcer?

Sans hésiter l’alpage de Recon, coin magique à 1400 m d’altitude. La messe dite chaque été y attire la foule. La faune y est riche, marmottes, chevreuils, cerfs, sans oublier la proximité des mouflons. J’y ai observé 83 espèces d’oiseaux et même vu passer le gypaète. La flore est extraordinaire: une étudiante en botanique qui travaillait comme sommelière à la Bourri a recensé 120 variétés.

La manifestation qui vous plaît?

La perspective de l’arrivée du Tour de Romandie le 4 mai. C’est extraordinaire d’imaginer qu’on va focaliser l’attention des téléspectateurs de 120 pays sur notre petit village qui compte 280 habitants officiels. J’espère que derrière leur poste, ils se diront: on va aller voir comment c’est en vrai!

Ce que vous voudriez voir évoluer ou aboutir?

Je souhaiterais un développement harmonieux qui attire toute la population de Vionnaz et de la plaine et redore l’étiquette de la station, longtemps assombrie par les difficultés financières des remontées mécaniques et des agences immobilières ou de location. Il faut continuer d’innover et d’organiser des manifestations, même si la concurrence est rude. Il fait si bon vivre ici!

 

Lourtier, c'est..."">A lire aussi: «Ce que j’aime à Lourtier, c’est…»

A lire aussi : La chapelle de Recon a fait peau neuve

 

Vous souhaitez partager l’amour de votre ville ou de votre village? Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top