«Ce que j’aime à Sarreyer, c’est…»

chargement

Mon village Maurice Besse goûte aux joies de la retraite dans cet endroit niché au cœur des montagnes du val de Bagnes.

 23.03.2021, 17:00
Maurice «Momo» Besse aime sillonner les ruelles de Sarreyer par tous les temps.

Facteur durant quarante-six ans à Genève, Maurice Besse, dit Momo, surnom qui le différencie de son homonyme qui vit au même endroit, est venu s’installer à Sarreyer, lieu dont il est en partie originaire.

Voilà donc quinze ans maintenant que ce grand passionné de montagne et de photographie argentique coule des jours heureux, en pleine nature, côtoyant au quotidien les Brognons, sobriquet donné aux habitants du lieu.

Ce personnage bien connu dans le village multiplie les activités sportives. Il pratique du vélo, de route et de montagne («J’ai 200 000 kilomètres à mon compteur»), fait de la haute montagne, de la randonnée, du curling ou encore de la natation.

Quand il ne joue pas aux cartes ou au Scrabble avec les aînés, il se ressource dans cette localité qu’il considère comme «l’une des plus belles d’Europe centrale».


Qu’est-ce qui fait la richesse de votre village?

La plénitude de ce petit village, calme et tranquille, loin des nuisances des villes. Ici, on peut vivre sans apport de CO2, dans une jolie ambiance montagnarde.

Un endroit ou une curiosité que vous aimez faire découvrir?

Il y a un endroit magique, où j’aime me rendre, à quinze minutes à pied du centre, au-dessus du village. C’est l’oratoire des Luys, un lieu de prière et de contemplation. On y trouve la douceur, le silence et la quiétude pour celles et ceux qui ont le vague à l’âme.

 

Momo nous parle de Sarreyer

1059997

 

Le bistrot dans lequel vous vous rendez à l’heure de l’apéritif?

A Sarreyer, nous avons de la chance, il y a une épicerie. Et il y a aussi le café du Mont-Fort, avec sa terrasse. On y sert des produits locaux et du terroir, avec l’incontournable fondue à l’ail des ours, servie par une équipe fort sympathique.

Un lieu pour vous ressourcer?

J’adore faire le tour du village, par les hauts. C’est une belle balade décontractée, dans la joie et la bonne humeur, et je la fais par tous les temps. Je rencontre des gens du village ou même d’ailleurs, et c’est toujours l’occasion de faire un brin de causette.

La manifestation qui vous plaît?

J’aime bien la fête de la Saint-André, qui célèbre le patron du village. Elle a toujours lieu un samedi, à la fin novembre. Elle ne s’est pas déroulée l’année passée, évidemment…

Au cours de cette belle journée, il y a des discours, du vin chaud à boire, qui vient de chez les recteuses, les dames qui le préparent. Et il y a le bal musette, le soir. Tout ça dans une ambiance chaleureuse.

Ce que vous voudriez voir évoluer ou aboutir?

Après la fermeture définitive de l’école de Sarreyer, transférée à Versegères au début de l’année, j’aimerais bien que les élus du val de Bagnes transforment les classes en appartements pour les personnes âgées du village. Une pétition dans ce sens circule actuellement. Cela fait longtemps qu’on en parle, mais, pour le moment, rien n’a encore bougé.


A lire aussi : «Ce que j’aime à Collombey, c’est…»
 

Vous voulez partager l’amour de votre ville ou de votre village? Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Mon village«Ce que j’aime à Muraz, c’est…»«Ce que j’aime à Muraz, c’est…»

Top