12.03.2019, 15:30

«Ce que j’aime à Saint-Léonard, c’est…»

chargement
1/2  

Mon village Depuis plus de trente-cinq ans, Marc-Antoine Gillioz s’investit pour le FC Saint-Léonard. Ce retraité apprécie la qualité de vie dans sa commune.

Marc-Antoine Gillioz n’est plus latéral droit sur le terrain depuis longtemps. Pourtant, il a gardé intacte sa passion pour le ballon rond. Vice-président du FC Saint-Léonard, il va bientôt  également tracer les lignes du stade. Il s’engage pour l’organisation du loto, de la soirée de soutien et accomplit mille autres tâches au sein du club. Cet employé de banque aujourd’hui à la retraite continue à donner de son temps pour les quelque 220 membres. Les week-ends, il est toujours fidèle au poste pour les matchs. Une autre activité bénévole lui tient à cœur. Il effectue des trajets pour Transport Handicap.

1. Qu’est-ce qui fait la richesse de votre village?

J’apprécie sa vie villageoise. Tout le monde se connaît et on se donne volontiers des coups de main entre voisins. On a aussi le choix au point de vue sportif avec de nombreuses sociétés comme le football, la pétanque, le ski-club ou le tir. De plus, sa situation géographique entre Sion et Sierre est idéale.

2. Un endroit pittoresque que vous aimez faire découvrir?

Le lac Souterrain bien sûr. Lorsque j’étais jeune, je n’y allais pas, même si je n’habitais pas loin. C’est toujours la même chose, on connaît moins ce qui est tout proche. Puis je l’ai visité avec mes jumeaux et mes neveux. L’été, il attire des dizaines de milliers de touristes. C’est très bien. Cela fait marcher les établissements publics.

3. Le bistrot dans lequel vous vous rendez à l’heure de l’apéro?

Le Domino. J’y rencontre beaucoup de gens et les patrons sont très sympas. Je fréquente également les autres cafés-restaurants de la commune parce que nous y organisons les jeudis les réunions du comité. Nous avons établi un tournus car les gérants sont pratiquement tous sponsors du FC Saint-Léonard.

4. Un lieu pour vous ressourcer?

Je ne suis pas du tout bricoleur mais j’adore tous les travaux dans la nature. J’y suis heureux. J’ai de la vigne au-dessus de la carrière et derrière l’église. Je me ressource aussi grâce à l’aspergerie familiale.

5. La manifestation qui vous plaît?

Le Marchethon dont la 10e édition a eu lieu en octobre. Je ne cours pas mais je vais applaudir les inscrits. Ils récoltent des fonds pour les malades atteints de mucoviscidose. Le système de parrainage de chaque coureur est une bonne idée, je participe.

6. Ce que vous voudriez voir évoluer ou aboutir?

Je pense qu’il manque une salle polyvalente. La salle de gymnastique a été construite dans les années 60 et elle est trop petite. Je sais que c’est un rêve mais je souhaiterais une construction plus grande et où tous les joueurs pourraient notamment s’entraîner durant l’hiver.
 

A lire aussi : «Ce que j’aime à Vérossaz, c’est…»

 

Vous voulez partager l’amour de votre ville ou de votre village?
Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch

Top