28.11.2019, 15:30

Badel et Sarbach: un binôme éblouissant au Musée d’art du Valais

chargement
Flurina Badel et Jérémie Sarbach dans l'installation imaginée pour le Musée d'art du Valais et visible jusqu'au 8 novembre 2020.

Lumineux Lauréat du prix culturel Manor Valais 2019, le duo Badel/Sarbach a levé le voile ce jeudi sur son installation pleine de photons. A découvrir au Musée d’art du Valais à Sion mais pas seulement.

Ils sont jeunes et pétillent d’une inventivité subtilement irrévérencieuse. Ils ont reçu le prix culturel Manor Valais 2019, l’une des plus importantes distinctions dans le domaine de l’art contemporain en Suisse. Flurina Badel (1985) et Jérémie Sarbach (1991) se sont connus sur les bancs de la Haute école d’art de Bâle.

Même feeling, même manière d’envisager le monde et l’art: entre la Grisonne de l’Engadine et le Haut-Valaisan du Binntal, le courant n’est jamais en mode alternatif. Depuis 2014, ils forment le duo Badel/Sarbach qui commence à se faire un joli nom sur la scène helvète et internationale. Ce jeudi, le Musée d’art du Valais les a reçus non sans fierté pour le vernissage de leur installation au sein de l’espace d’exposition temporaire «Au Quatrième».

Dans une alcôve plongée dans le noir, le visiteur découvre interloqué un solarium diffusant son étrange lumière bleue. Point de nymphe ou d’éphèbe peaufinant son bronzage sous les UV de l’appareil mais une planche de mélèze qui se dore la pilule. De lieu de conservation, le musée devient astucieusement lieu de production, un glissement sémantique dont est friand le couple d’artistes qui partage sa vie entre le Valais et les Grisons.

Montage de l’exposition Little Sun Back Here. a post-periphery poem, 2019. Installation (90 planches en bois de mélèze, plexiglas, solarium) ©Musées cantonaux du Valais, Sion; photo: Florence Zufferey

 

Le pouvoir de transformation du soleil

L’enjeu de cette installation baptisée «Little Sun Back Here. a post-periphery poem»: expérimenter l’action d’un soleil artificiel sur du bois fraîchement coupé. «On aime bien détourner un objet de sa fonction première. On a acquis ce vieux solarium sur eBay puis on a fait plusieurs essais avec différentes essences et, au final, c’est le mélèze qui s’est révélé le plus photosensible», explique la joviale Grisonne dont le travail en binôme porte principalement sur le rapport de l’être humain à la nature dans un monde globalisé et ultratechnologique.

On est des artistes activistes mais à travers la poésie.
Flurina Badel du duo Badel/Sarbach

Tous les trois mois environ, les planches provenant d’un arbre de cinq mètres de long seront changées, tatouées par les UV. «On ne voulait pas une installation figée mais évolutive qui se crée en temps réel.» Le visiteur pourra ainsi constater de visu l’évolution sur une année de la matière organique, toujours vivante.

Le mélèze, comme un fil rouge, on le retrouvera du côté de Binn en juin prochain. Car le projet, ayant en son cœur la rencontre du soleil et du bois, s’articule en trois volets. Dans la vallée de Conches, le duo s’est intéressé à un ancien grenier, vestige d’une vie rurale révolue, devenu emblème patrimonial du canton. Le geste artistique audacieux consiste à faire pivoter la bâtisse de 180 degrés afin d’exposer sa face nord en plein soleil et de la faire ainsi «bronzer» pendant une dizaine d’années.

Recherches pour le prix culturel Manor 2019 ©Badel/Sarbach

 

Trois strophes pour un poème

«Tout n’a pas été simple, on a dû obtenir plusieurs autorisations car le grenier figure à l’inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger», se remémore Flurina. Derrière ce tour de passe-passe, la même volonté de créer des décalages et des inversions, de brouiller les certitudes, la marque de fabrique des deux complices qui n’aiment rien moins que déjouer l’ordre des choses.

On doit sentir la tendance pour désigner un lauréat. C’est toujours un pari.
Céline Eidenbenz, directrice du Musée d’art du Valais 

La troisième strophe de ce poème rédigé à quatre mains se matérialise sous la forme d’un livre-objet. Les artistes ont imaginé une éphéméride qui retranscrit au jour le jour la trajectoire de l’astre coruscant au-dessus de l’atelier qu’ils partagent à Guarda (GR). Chaque jour, le feuillet à détacher permettra d’éprouver physiquement l’écoulement inexorable du temps.

«On a choisi le papier car il vient du bois et tranche avec tous les gadgets technologiques actuels de géolocalisation et autres applications météorologiques. Et notre atelier, car pour nous il représente le centre et non la périphérie», éclaire, une pointe d’ironie dans la voix, Jérémie Sarbach.

«Avec eux, je crois qu’on a misé sur le bon cheval. C’est toujours un pari de désigner un lauréat. Il faut le faire ni trop tôt ni trop tard car c’est avant tout un prix d’encouragement.» Directrice du Musée d’art du Valais, Céline Eidenbenz ne boude pas son plaisir d’accueillir en ses murs pendant un an le travail iridescent du duo Badel/Sarbach. Tout nous dit qu’il n’a pas fini de rayonner!

 

Infos pratiques

Remise du prix et vernissage public ce vendredi 29 novembre à 18 heures, en présence de la conseillère d’Etat chargée de la culture Esther Waeber-Kalbermatten. Jusqu’au 8 novembre 2020. Ouvert du mardi au dimanche.

Vernissage à Binn le 28 juin 2020 dans le cadre de la «Journée au soleil».

Plus d’infos sous: www.musees-valais.ch

 

Les collections du musée s’offrent un livre

Quoi de mieux qu’un ouvrage pour se mettre en lumière? Le Musée d’art du Valais a choisi de présenter ses riches collections dans une nouvelle publication à paraître cet automne. «Regarder le paysage» se veut le reflet de l’accrochage actuel du musée qui a été complètement repensé en 2016. En dix-sept chapitres, l’ouvrage publié sous la direction de Céline Eidenbenz, directrice du Musée d’art, aborde les œuvres incontournables et inédites de l’institution en faisant dialoguer le paysage, l’Ecole de Savièse vers 1900 et la création contemporaine. L’édition bilingue est traduite en anglais. Le cahier photographique est signé Olivier Lovey. Son prix: 49 francs.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

DistinctionEric Philippoz décroche le prix culturel ManorEric Philippoz décroche le prix culturel Manor

SIONEric Philippoz nous fait entrer dans son «carnotzet»Eric Philippoz nous fait entrer dans son «carnotzet»

Récompense culturelleLe collectif sierrois Barbezat-Villetard lauréat du Prix Manor 2015Le collectif sierrois Barbezat-Villetard lauréat du Prix Manor 2015

Top