09.01.2020, 09:11

Santé: des infections sévères menacent 1 transplanté sur 2

chargement
Près de 600 patients reçoivent chaque année un organe. (Illustration)

Danger Chaque année, 600 patients reçoivent un organe en Suisse. Selon une étude, la moitié d’entre eux sont menacés par des infections de type bactérien car ils doivent prendre un type de médicaments qui les rendent vulnérables.

Plus de la moitié des patients ayant bénéficié d’une transplantation d’organe développent des infections sévères – d’origine bactérienne dans 60% des cas – dans l’année qui suit. C’est le constat d’un collectif de chercheurs suisses publié dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Plus de 5000 personnes vivent en Suisse grâce à un ou des organes transplantés. Chaque année, 600 patients reçoivent un cœur, des reins, un foie, un poumon ou encore un pancréas.

Les douze mois après l’opération

Pour éviter tout risque de rejet, ils doivent prendre toute leur vie des médicaments immunosuppresseurs qui les rendent particulièrement vulnérables aux infections (bactériennes, virales ou fongiques). C’est surtout le cas dans les douze mois suivant l’opération, au moment où les doses d’immunosuppresseurs sont les plus importantes.

Depuis les années 1980, des prophylaxies sont prescrites à ces patients afin de les protéger contre certaines pathogènes opportunistes, comme le cytomégalovirus, le toxoplasme et le champignon pneumocystis.

3000 patients

«Il n’existait aucune étude recensant les infections chez ces patients sous prophylaxie», indique Christian van Delden, professeur à l’Université de Genève (UNIGE) et responsable de l’Unité d’infectiologie de transplantation des Hôpitaux universitaires de Genéve (HUG), qui a co-dirigé ces travaux.

Il n’existait aucune étude recensant les infections chez ces patients sous prophylaxie.
Christian van Delden, professeur à l’UNIGE et responsable de l’Unité d’infectiologie de transplantation des HUG

«L’impression qui prévalait était que le risque infectieux diminuait progressivement dès le deuxième mois, parallèlement à la baisse progressive des immunosuppresseurs», ajoute le spécialiste, cité jeudi dans un communiqué des HUG.

Près de 3000 personnes ont été incluses dans l’étude, qui s’est déroulée de 2008 à 2014, soit la quasi-totalité des patients transplantés en Suisse. Ces patients sont référencés dans la Cohorte suisse de transplantation (Swiss Transplant Cohort Study), qui en assure le suivi depuis 2008, notamment au niveau des complications infectieuses.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

IntoxicationsSanté: avec 39’211 consultations, le nombre d’empoisonnements a légèrement reculé en 2019Santé: avec 39’211 consultations, le nombre d’empoisonnements a légèrement reculé en 2019

TechnologiesSanté: cancer du sein mieux diagnostiqué par l’intelligence artificielleSanté: cancer du sein mieux diagnostiqué par l’intelligence artificielle

AlimentationSanté: des extrêmes de malnutrition dans de nombreux paysSanté: des extrêmes de malnutrition dans de nombreux pays

En discussionSanté: on pourrait devoir payer une taxe de 50 francs pour aller aux urgencesSanté: on pourrait devoir payer une taxe de 50 francs pour aller aux urgences

SédentaritéSanté: plus de 85% des jeunes Suisses manquent d’activité physiqueSanté: plus de 85% des jeunes Suisses manquent d’activité physique

Top