06.09.2018, 20:54

Les rappeurs français Booba et Kaaris devant la justice après leur bagarre à l'aéroport d'Orly

chargement
Booba a choisi de garder le silence durant l'audience. Comme Kaaris, il a passé 3 semaines en prison durant le mois d'août (archives).

violence Un mois après la bagarre entre les rappeurs français Booba et Kaaris à l'aéroport d'Orly, les deux hommes se retrouvaient jeudi face à la justice. Le premier n'a rien dit. Le second s'est excusé, assurant qu'il n'était pas à l'origine du conflit.

Leur bataille rangée avait transformé un hall de l'aéroport parisien d'Orly en arène début août et retardé plusieurs vols: Booba et Kaaris, ennemis jurés du rap français, sont jugés jeudi pour une rixe qui leur a déjà valu trois semaines de prison.

À la barre, Okou Gnakouri, alias Kaaris, a tenu à débuter par des excuses. "C'est pas bien ce qui s'est passé en fait, je présente mes excuses aux personnes choquées par les images", a-t-il déclaré avant l'examen de l'affaire. "Je ne suis pas à l'origine de cette rixe", a martelé l'artiste. "J'ai donné des coups pour me défendre", a-t-il assuré, en prônant désormais "l'apaisement".

 

 

L'air détendu, Booba n'a lui fait aucun commentaire avant l'examen de la vidéosurveillance de l'aéroport.

Libérés fin août, les deux rappeurs comparaissent devant le tribunal correctionnel de Créteil (région parisienne) qui avait ordonné leur placement en détention provisoire. Neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la bagarre sont également poursuivis pour violences aggravées et vols en réunion. Tous risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Depuis leur libération, Booba et Kaaris ont versé chacun une caution de 30'000 euros. Ils ont interdiction de quitter la France et se tiennent à carreau.

 

 

Effervescence

Le procès des deux rivaux se déroule dans l'effervescence. L'audience a lieu dans la salle d'habitude réservée aux assises, sous forte protection policière, entièrement pleine.

Pour la sérénité des débats, la présidente a interdit aux journalistes de rendre compte du procès en direct sur les réseaux sociaux. Les premières heures d'audience ont été marquées par un faux-départ, faute d'interprète pour l'un des prévenus.

Face aux enquêteurs, les deux anciens comparses devenus rivaux avaient joué la carte de la "légitime défense" pour justifier leur coup de sang du 1er août. Ce jour-là ils, doivent prendre le même avion pour Barcelone où ils sont chacun attendus sur scène le soir même, dans deux clubs séparés.

Mais dans la salle d'embarquement, la haine recuite entre les deux rappeurs explose. A sept contre quatre, le clan Booba affronte celui de Kaaris, au milieu de passagers éberlués et de leurs smartphones.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

BagarreFrance: les rappeurs Booba et Kaaris remis en liberté avant leur procèsFrance: les rappeurs Booba et Kaaris remis en liberté avant leur procès

Sion sous les étoilesSion sous les étoiles: poètes ou rappeurs? On a défié les ValaisansSion sous les étoiles: poètes ou rappeurs? On a défié les Valaisans

pactoleClassement Forbes: le rappeur Diddy a empoché le plus gros revenu en un an, Federer se hisse à la 23e positionClassement Forbes: le rappeur Diddy a empoché le plus gros revenu en un an, Federer se hisse à la 23e position

DébordementsBasketball: une énorme bagarre générale éclate pendant Philippines-AustralieBasketball: une énorme bagarre générale éclate pendant Philippines-Australie

Top