Saint-Triphon: le public debout pour applaudir Fabrikk

chargement

spectacle La première représentation de la nouvelle grosse production de la troupe Karl's Kühne Gassenschau a eu lieu jeudi soir. Un écho humaniste à une réalité industrielle qui touche le Chablais de plein fouet.

Par Patrice GENET
  07.08.2015, 15:26
Karl's kühne Gassenschau présente "Fabrikk" à St-Triphon.

Hasard du calendrier ou ironie de l’histoire, le jour de la première de «Fabrikk» était signé le plan social entre la direction, les syndicats et les 257 employés de la raffinerie Tamoil de Collombey. Joué devant près d’un demi-million de spectateurs en Suisse allemande l’an dernier et désormais installé à la carrière de Saint-Triphon (VD) jusqu’en septembre, la nouvelle grosse production de la troupe Karl’s kühne Gassenschau (KKG), tout frais lauréat du Prix du théâtre suisse décerné par l’Office de la culture, touche à une réalité qui a frappé de plein fouet le Chablais ce printemps. L’histoire? Celle d’une fabrique helvétique de pralinés qui séduit des investisseurs chinois. A tel point que ces derniers imposent à Ernesto Angellini – le comédien genevois Laurent Deshusses, touchant de vérité – et à ses employés une cadence de production impossible à tenir. Deux solutions, dès lors: sacrifier la qualité à la quantité ou délocaliser.

Standing ovation

Si jeudi soir le spectacle a tardé à trouver sa vitesse de croisière – première francophone oblige, le rythme de jeu entre le noyau dur de la KKG et les comédiens et figurants romands reste encore à affiner –, «Fabrikk» a mis debout le millier de spectateurs réunis sur le gradin de la carrière chablaisienne. Cascades, effets pyrotechniques, bagarres et poursuites «western», scène finale ahurissante: la KKG se montre fidèle à sa réputation en proposant un spectacle alliant prouesses techniques, drôlerie, réflexion sur la société actuelle et poésie – la palme à la scène de la «pasticceria del Nonno», où Angellini trouve l’inspiration pour sa ganache au ginseng. Un succès dû en grande partie à l’excellent trio de premiers rôles romands – Deshusses, Julien Opoix et Karim Slama, impayable et désarmant dans son double rôle d’interprète chinois et d’employé beau-gosse.

 

Quelques articles de notre première d'hier. C’est super d'être retour à St-Triphon. Nous jouons FABRIKK jusqu'au 5 septembre

Posted by Fabrikk on vendredi 22 mai 2015

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SpectacleThéâtre: la tragédie du Nanga Parbat rejouée à ValèreThéâtre: la tragédie du Nanga Parbat rejouée à Valère

AnniversaireVouvry: Gabrielle Pignat, 100 ans et un «sacré caractère»Vouvry: Gabrielle Pignat, 100 ans et un «sacré caractère»

ÉVÉNEMENTLe Caprices Festival célèbre l’électro sur le Haut-PlateauLe Caprices Festival célèbre l’électro sur le Haut-Plateau

DécouverteLe Grand Hôtel&Kurhaus d’Arolla réunit les amoureux de la montagneLe Grand Hôtel&Kurhaus d’Arolla réunit les amoureux de la montagne

FauneLe hérisson, si vulnérable dans son armure de piquantsLe hérisson, si vulnérable dans son armure de piquants

Top