Réservé aux abonnés

Les leçons d'une maison de tolérance

A travers les portraits de prostituées autour de 1900, le cinéaste français Bertrand Bonello ricoche sur le monde actuel. Une oeuvre puissante à l'esthétique subtile!
03 août 2015, 09:25
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Présenté en compétition au Festival de Cannes, où il a constitué un véritable choc esthétique, "L'Apollonide - Souvenirs de la maison close" est le cinquième long métrage du réalisateur français Bertrand Bonello. Pourtant, c'est seulement son second film à avoir l'heur d'être distribué en Suisse. Et ce cinéaste venu de la musique est l'un des auteurs les plus passionnants du moment, avec des oeuvres majeures comme "Le pornographe" (2001), drame d'un réalisateur porno, ou "De la guerre" (2008), chronique glaciale d'une secte hédoniste... Dans "L'Apollonide", Bertrand Bonello fait le portrait en...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois