Une entreprise de Sierre commercialise des jouets pour adultes sur le Net

chargement

Economie Trois jeunes Valaisans ont lancé In a Box Sàrl en 2009, une petite société basée aujourd'hui à Sierre, qui se consacre au commerce d'objets érotiques.

Par Pierre MAYORAZ
  30.10.2013, 12:20
Un colis discret comme il en part plus de 300 certains lundis.

Il est des achats qui demandent une certaine discrétion. Bien sûr, les jouets d’adultes, les fameux sextoys, commencent à entrer dans les mœurs. Les journaux les plus sérieux relatent la croissance du phénomène, jusqu’aux revues féminines qui dissèquent l’utilisation de ces, disons, compléments, par sexologue ou psychologue interposés. Mais ce battage n’a pas encore vaincu tous les préjugés particulièrement dans les pays latins plus prudes en la matière que nos voisins du nord où des boutiques comme celles de Beate Uhse ont pignon sur rue depuis des lustres. L’amateur ou l’amatrice de ces gadgets se tournera donc volontiers vers l’internet qu’il perçoit comme une garantie d’anonymat. Une jeune entreprise valaisanne  l’a compris qui commercialise ce type de produit uniquement en ligne.

Un créneau à prendre

Trois jeunes Valaisans, férus d’informatique et de commerce en ligne, croisent le filon au début des années 2000. Ils en ont un peu assez de vendre des smartphones et des applications. Ils lancent donc In a Box S.àr.l. en 2009, une petite société basée à Uvrier qui va se consacrer au commerce d’objets érotiques. Au début, ils poursuivent leur activité habituelle. Mais après un temps, leur nouveau bébé leur permet de vivre et ils lui consacrent l’entier de leur activité professionnelle. «Nous avions découvert sur l’internet de petits vendeurs qui essayaient d’arrondir leurs fins de mois avec ce commerce. Nous avons vite décelé leur absence de professionnalisme et leur méconnaissance de l’outil informatique. Nous avions les deux, ce qui nous a incités à nous lancer», se souvient Tristan, l’un des fondateurs, lui aussi enclin à la discrétion, la marque de fabrique de la société. Une discrétion que l’on ne retrouve pas dans les boutiques de ce type cantonnées dans les banlieues des villes et où l’on risque de croiser son voisin ou sa collègue de travail.

Modes et couleurs

A travers son site KissKiss.ch, In a Box Sàrl touche toute la planète internet. «Mais nous réalisons 98% de notre chiffre d’affaires en Suisse. Les envois à l'étranger génèrent des frais d'expédition élevés et des taxes à régler à la réception. Cela freine les commandes», relève Simon, un autre membre fondateur.

En revanche, les ventes s’équilibrent entre la Suisse romande et la Suisse alémanique au pro rata de la population. «Les Alémaniques, comme les Allemands, préfèrent les couleurs sombres alors que les Romands restent plus discrets, dans le rose plus près de la teinte chair, moins tranché. Mais, au-delà de la couleur, les gens s’intéressent aux mêmes objets», constate Jesse, le troisième associé.

Comme toute chose de nos jours, les jouets d’adultes suivent les modes. «Cinquante nuances de Grey», le roman érotique à succès de la Britannique E. L. James, a ravivé la flamme sadomasochiste d’une partie de la population. «Nous vendons plus d’objets en rapport avec ce type de pratique depuis que des millions de gens l’ont lu et, surtout, osent en parler», constate Simon.

In a Box propose 3700 produits qu’il dévoile au public sur son site et dont il fait la publicité sur différentes chaînes de radio et de télévision. «Pas sur la RTS», sourit Tristan. Pas de livres ou de films, mais de la lingerie, des produits de massage, des préservatifs et, produits phares de la maison, une gamme étendue de jouets d’adultes. Preuve que ceux-ci ont passé dans les mœurs, 4500 personnes s’avouent clients de In a Box sur Facebook.

De nombreux sites

Si In a Box n’a pas de vraie concurrence dans le monde réel, il existe de nombreux sites internet qui se consacrent au même commerce. «Nous nous distinguons par la qualité, des objets et du service», explique Jesse. Sur KissKiss.ch, pas de bas de gamme, mais des produits provenant de fabricants principalement européens, constitués de matériaux contrôlés qui ne présentent pas de risques pour la Santé. «Parfois, nous sentons le marché, parfois non. Difficile de connaître le goût exact des gens. Et nous ne pouvons pas tout tester», regrette Simon.

Le succès de la société, désormais basée à Sierre dans de grands locaux flambants neufs, vient aussi de toutes les facilités de paiement, en toute discrétion bien sûr, qu’elle offre à sa clientèle. Une discrétion combinée à la rapidité d’envoi. «Toute commande passée avant 16 heures est livrée le lendemain dans un colis totalement neutre. Il ne faut pas que l’idée du dimanche soir ait le temps de passer par les oubliettes», explique Tristan qui ajoute: «Nous sommes l'un des meilleurs clients colis de La Poste dans le Valais central.»

«Nous ne voulons pas croître au-delà d’une certaine taille. Nous travaillons actuellement à sept. Un traducteur ou une traductrice nous rejoindra d’ici à la fin de l’année», conclut Tristan. Pour une balade coquine, www.kisskiss.ch


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AssurancesLitige aux Etats-Unis: Swiss Life va payer 77 millions de dollarsLitige aux Etats-Unis: Swiss Life va payer 77 millions de dollars

infrastructuresInvestissements massifs dans le transport ferroviaire aux Etats-UnisInvestissements massifs dans le transport ferroviaire aux Etats-Unis

chiffres d’affairesMigros et Coop dans le top 50 mondial du commerce de détailMigros et Coop dans le top 50 mondial du commerce de détail

salaireLes revenus de base ont la cote: essai à Zurich et projet fédéralLes revenus de base ont la cote: essai à Zurich et projet fédéral

criseConstruction: le prix du bois flambeConstruction: le prix du bois flambe

Top