09.01.2019, 13:58

Presse: les éditeurs alémaniques réclament 90 millions de francs supplémentaires d'aide indirecte

chargement
Les éditeurs aimeraient voir quadrupler l'aide indirecte à la distribution (illustration).

médias La presse traditionnelle rencontre d'importantes difficultés financières depuis quelques années. Alors que le Parlement veut soutenir financièrement les médias électroniques, les éditeurs de journaux imprimés demandent eux aussi de l'aide. Ils proposent d'augmenter l'aide à la distribution, très coûteuse, de 30 à 120 millions de francs.

Les éditeurs alémaniques réclament une hausse massive de l'aide indirecte à la presse, de 30 à 120 millions de francs par année, afin de réduire les coûts de distribution des journaux. Ils s'opposent aussi fermement au subventionnement de nouveaux médias en ligne.

Malgré l'essor de la numérisation, "les médias imprimés restent la source la plus importante pour la formation de l'opinion dans notre Etat fédéral et le resteront encore dans un avenir prévisible", a souligné mercredi le président de la fédération des éditeurs alémaniques Schweizer Medien, Pietro Supino, à l'occasion de la traditionnelle rencontre des Rois à Zurich.

Pour tous les journaux

Or, la baisse des tirages augmente sensiblement les coûts de distribution par exemplaire de journal, ce qui menace la survie de certains titres. "Nous pouvions nous le permettre lorsque les choses allaient bien. Ce n'est plus possible aujourd'hui".

"Nous pouvions nous le permettre lorsque les choses allaient bien. Ce n'est plus possible aujourd'hui".

Celui qui est aussi président du conseil d'administration de Tamedia a ainsi demandé une extension de l'aide à l'ensemble des journaux (aujourd'hui, il y a une limite supérieure de 40'000 exemplaires pour qu'un titre soit éligible à l'aide). Ce soutien devrait aussi rendre possible la distribution des journaux tôt le matin. "Il faut agir de manière urgente. Il s'agit là de notre principal voeu pour 2019, et aussi le plus légitime, je pense", a-t-il déclaré.

Une pique à La Poste

Pietro Supino en a profité pour critiquer une nouvelle fois le manque de transparence des tarifs de La Poste dans ce domaine, reprochant au Géant jaune de transférer le financement de son mandat de service public sur le dos des éditeurs et en fin de compte sur les abonnés des journaux.

"Les médias imprimés restent la source la plus importante pour la formation de l'opinion dans notre Etat fédéral."

Le président des éditeurs a estimé que les milieux politiques étaient dans leur ensemble en faveur d'une hausse de cette aide indirecte pour la distribution. Invité à cette 20e édition de la "Rencontre des Rois", le conseiller national et président du PDC Gerhard Pfister a ainsi dit clairement "oui" à cette demande de la presse.

Distorsion de la concurrence

Pietro Supino est aussi revenu sur le projet de Loi sur les médias électroniques, qui a reçu un accueil très mitigé en procédure de consultation. Il a une nouvelle fois balayé toute idée de subventionnement au travers du produit de la redevance radio-tv de nouveaux médias gratuits en ligne, comme prévu par le texte.

"Cela entraînerait une distorsion massive, très directe, de la concurrence au détriment de l'offre en ligne des journaux, et menacerait leur survie à long terme", a lancé le président des éditeurs alémaniques.

ATS

À lire aussi...

MédiasPresse romande: une quarantaine d'anciens employés du Matin se sont mobilisés à LausannePresse romande: une quarantaine d'anciens employés du Matin se sont mobilisés à Lausanne

PressePresse: le groupe CH Media va supprimer environ 200 emploisPresse: le groupe CH Media va supprimer environ 200 emplois

PresseMédias: une nouvelle agence de presse pour sauver les médias romanchesMédias: une nouvelle agence de presse pour sauver les médias romanches

MédiasPresse: Tamedia pourra racheter la Basler ZeitungPresse: Tamedia pourra racheter la Basler Zeitung

ViolenceMédias: 80 journalistes tués en 2018, un chiffre à la hausseMédias: 80 journalistes tués en 2018, un chiffre à la hausse

Top