12.07.2019, 13:52

Commerce local: avec le concours Digital Pitch, le groupe ESH Medias veut apporter des solutions innovantes aux PME

chargement
1/2  

proximité Pour la troisième année consécutive, les start-ups romandes étaient invitées à présenter leurs solutions pour dynamiser l’économie locale lors du Digital Pitch. Un concours co-organisé par le groupe de presse ESH Médias qui a couronné la société POP-IN, spécialisée dans les magasins éphémères.

Le groupe ESH Medias, propriétaire, entre autres, des titres Le Nouvelliste, Arcinfo et La Côte, co-organise depuis trois ans le Digital Pitch, avec Seedstars, qui accueille et accompagne des start-ups dans le monde entier. Ce concours est destiné aux jeunes entrepreneurs qui proposent des solutions pour aider les entreprises locales à développer leur visibilité sur le numérique .

L’édition 2019 a couronné POP-IN, une jeune société basée à Genève qui facilite l’ouverture de pop-up stores (des magasins éphémères) dans des locaux inoccupés des centres-villes. Elle s’est distinguée parmi une cinquantaine de candidats, parmi lesquels 8 ont eu la possibilité de se présenter devant un jury final.

Sébastien Hersant, vous êtes directeur de la transformation digitale d’ESH Médias. Pourquoi un groupe de presse investit-il dans un concours de start-ups ?

Un de nos métiers, c’est d’accompagner la communication des entreprises locales suisses romandes. Nous souhaitons leur proposer des solutions performantes, en couplant efficacement le digital aux supports traditionnels. Nous devons donc innover continuellement et détecter en amont les nouvelles pratiques. Ces dernières étant développées principalement sur le numérique. D’où l’intérêt pour ESH Médias d’investir dans ce type d’événement unique en Suisse romande.

Et les start-ups peuvent apporter ce genre de solutions ?

Nous avons réservé notre concours à celles qui cherchaient réellement à dynamiser le commerce de proximité. L’intérêt réside dans la complémentarité d’un concept novateur allié à l’expertise de notre groupe médias. Cela peut passer par la visibilité que nous donnons au projet ou par un soutient de sa commercialisation sur nos territoires. 

Nous devons donc innover continuellement et détecter en amont les nouvelles pratiques.
Sébastien Hersant, directeur de la transformation digitale d’ESH Médias

Un exemple concret ?

Lors de la première édition, c’est Magic Tomato qui a remporté le premier prix. Cette société genevoise propose de faire vos courses chez un producteur ou un artisan local et de vous livrer dans la journée. Comme les autres vainqueurs, elle a remporté un prix total équivalent à 100’000 francs, comprenant des espaces publicitaires dans les éditions papier et numériques de La Côte. Cela lui a permis d’accroitre sa notoriété et de développer son activité dans la région.  En contrepartie, nous sommes entrés dans leur capital-actions et l’accompagnons dans ses choix stratégiques de développement. 

Un dernier mot sur le vainqueur 2019, POP-IN. Qu’est-ce qui a convaincu le jury ?

En ouvrant des pop-up stores dans les centres-villes, Pop-In apporte une vraie animation, draine de nouveaux clients et tous les commerces qui sont à proximité en profitent. On est en plein dans la cible. C’est aussi une société avec un produit abouti, qui dégage déjà des revenus. Et enfin, elle a conclu des contrats d’exclusivité avec des partenaires stratégiques, lui conférant déjà une longueur d’avance sur la concurrence

POP-IN, lauréat 2019 du Digital Pitch

Le jury du concours 2019 a consacré POP-IN, une jeune start-up romande créée en 2018 par Tamara Sthioul, diplômée de l’Ecole hôtelière de Lausanne. C’est est une plateforme qui propose aux marques et PME de réserver en ligne un espace commercial pour une période temporaire – un pop up store – dans toute la Suisse. «Ce système vous permet de vous faire connaître par un large public sans s’engager sur un bail de 5 à 10 ans souvent très cher chez nous.» Les propriétaires de surfaces commerciales inoccupées y trouvent aussi leur compte: ils encaissent un loyer et ils font de la publicité pour leurs locaux.

Une visibilité aussi recherchée par POP-IN et le Digital Pitch est un canal intéressant. «Ça nous permettait aussi de mesurer le succès de notre société face à un jury et à d’autres start-ups.»  La plateforme souhaite devenir l’incontournable des sites de réservation de pop-up store en Suisse avant de s’étendre à l’étranger. Avec notamment un taux de croissance en un peu plus d’une année de 26%, elle affiche clairement ses ambitions. Avec la visibilité et l’apport financier du premier prix du Digital Pitch, Tamara Sthioul veut renforcer sa position de leader du marché suisse. «Notre phase d’investissement se termine en fin d’année 2019 avant de donner un coup d’accélérateur», explique la jeune femme, «nous voulons devenir le service de location qui redynamise le commerce de détail et fait le pont entre le monde en ligne et off line.» 

Deux autres sociétés, Smeetz et Tremplin ont également été primées, fin juin, à Genève.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

digitalisationDigital Pitch 2019: comment votre start-up peut-elle dynamiser l'e-commerce local?Digital Pitch 2019: comment votre start-up peut-elle dynamiser l'e-commerce local?

EvénementDigital Pitch 2018: jusqu'à 100'000 francs pour la startup qui présentera le meilleur projet d'e-commerce localDigital Pitch 2018: jusqu'à 100'000 francs pour la startup qui présentera le meilleur projet d'e-commerce local

InnovantUn avion électrique, unique en son genre et propulsé par une start-up valaisanne, prend son envol à SionUn avion électrique, unique en son genre et propulsé par une start-up valaisanne, prend son envol à Sion

PharmaPharma: Roche met 4,3 milliards de dollars sur la table pour une start-up américainePharma: Roche met 4,3 milliards de dollars sur la table pour une start-up américaine

InnovationLes start-up de l'EPFL ont levé 217 millions de francs en 2018Les start-up de l'EPFL ont levé 217 millions de francs en 2018

Top