Explosion dans un hôtel à Zermatt: le pronostic vital des six blessés n'est pas engagé

Une explosion dans une cuisine d’un célèbre hôtel de Zermatt a fait six blessés vendredi en début d’après-midi. La police cantonale a indiqué en soirée que leur pronostic vital n'était pas engagé.
30 nov. 2018, 15:03
/ Màj. le 30 nov. 2018 à 14:58
De nombreux pompiers ont été dépêchés sur place.

Une explosion due au gaz dans la cuisine du Grand Hôtel Zermatterhof, un cinq-étoiles de Zermatt, a blessé six personnes, vendredi à 13 h 45.

La gravité des blessures n’est pas encore connue, mais la police cantonale a indiqué vendredi soir sur Twitter que leur pronostic vital n’était pas engagé. Les victimes, dont cinq employés de cuisine, ont été évacuées dans les hôpitaux de Sion (une personne) et Viège (une personne), les autres étant soignés à Zermatt. Selon Patrick Steffen, adjoint du commandant des pompiers locaux, cité par le site 1815.ch, le feu a pris dans la zone de la cuisine après une déflagration.

Les secours en action devant l’hôtel. Keystone

L’hôtel était fermé

La police cantonale indique que la population ne court aucun danger et que l’incendie est maîtrisé. Pas moins de 43 pompiers et deux hélicoptères et autant d’ambulances sont intervenus, ainsi que les polices municipale et cantonale. Les causes de cet accident sont pour l’instant indéterminées selon la police. Le gaz pourrait être en cause. Une enquête a été ouverte.

Selon Andreas Biner, président de la bourgeoisie de Zermatt, six personnes ont été blessées et on ne compterait aucun client parmi les victimes. En effet, l’hôtel est fermé actuellement. Il devait rouvrir samedi. Mais suite à cet accident, il restera fermé au moins jusqu’à lundi. D’ici là, la direction de l’établissement ne communique pas.

Créé en 1879, cet hôtel avait été voulu par les bourgeois de Zermatt et était à l’époque le plus grand établissement de la station. Aujourd’hui encore, ce cinq-étoiles est un fleuron de l’hôtellerie valaisanne. Au XIXe siècle, les familles patriciennes, organisées en coopérative, ont fourni chacune des ouvriers bénévoles pour construire l’hôtel. En contrepartie, elles peuvent profiter ad vitam aeternam de l’hôtel en y organisant des événements. Et la bourgeoisie, toujours propriétaire, se partage les bénéfices de l’hôtel.

 

Une webcam zermattoise montre le déploiement des secours à Zermatt. DR

par Gilles Berreau