Vol de données: le préposé fédéral à la protection des données ouvre une procédure contre Swisscom

Vendredi, des individus ont eu un accès non autorisé à des données d'un client Swisscom. Le préposé à la protection des données a interpellé Swisscom. Aujourd'hui, il suit l'affaire de près et se veut rassurant.
12 févr. 2018, 14:59
/ Màj. le 12 févr. 2018 à 17:23
Le préposé fédéral à la protection des données a demandé des informations complémentaires à Swisscom au sujet du vol des données.

Le préposé fédéral à la protection des données, Adrian Lobsinger, a ouvert une procédure dans l'affaire du vol des données de 800 000 clients de Swisscom, sur la base de la loi fédérale sur la protection des données.

Un accès non autorisé à des données clients

Adrian Lobsinger explique les circonstances de l'ouverture de cette action: «Vendredi 9 février, j'ai reçu une information disant que des individus ont eu un accès non autorisé aux données d'un client de Swisscom. J'ai demandé des informations à Swisscom le soir même. Elle m'a transmis un rapport qui confirme que ce cas n'a pas de lien de causalité avec le vol de données» survenu à l'automne 2017 et rendu public le 7 février 2018.

Pas de panique

Le préposé se veut rassurant. Il estime que le rapport de Swisscom est plausible. «Les gens concernés par ce vol de données ne doivent pas paniquer. Je suis en contact avec Swisscom, j'ai les informations et j'ai demandé des compléments. Swisscom a une task force; dès qu'il y a un problème avec la fuite, elle me communiquera immédiatement les informations et me dira si le cas est en lien avec le vol de données. Dès que j'aurai des informations, je les rendrai publiques.»

Dans un communiqué, le préposé fédéral indique encore «rechercher des informations complémentaires auprès de Swisscom en ce qui concerne le risque de dommages indirects éventuels», en lien avec le vol massif de données.

Concernant le Valais, le préposé cantonal à la protection des données, Me Sébastien Fanti déclare "qu'un examen est en cours pour les autorités publiques concernées".

par Jean-Yves Gabbud