Verbier: les touristes britanniques ont déserté la station

Après l’annonce de la quarantaine pour les voyageurs venus de Grande-Bretagne et d’Afrique du Sud par le Conseil fédéral, les Britanniques ont préféré fuir plutôt que de rester enfermés.
27 déc. 2020, 16:54
/ Màj. le 27 déc. 2020 à 18:20
Plusieurs centaines de touristes britanniques ont fui immédiatement la station alors que d'autres ont pris quelques jours avant de s'en aller (illustration).

Il n’y a quasiment plus de touristes britanniques à Verbier. Ils ont déserté la station valaisanne suite à la quarantaine imposée par le Conseil fédéral aux personnes arrivant de Grande-Bretagne et d’Afrique du Sud. Le président du Conseil d'Etat Christophe Darbellay a demandé un rapport.

«On ne peut pas leur en vouloir. Dans la plupart des cas, la quarantaine était intenable. Imaginez rester à quatre dans une chambre d’hôtel de 20 m2», a indiqué dimanche Jean-Marc Sandoz, chargé de communication de la commune de Bagnes, à laquelle appartient Verbier.

A lire aussi : Coronavirus: le rapatriement des touristes britanniques débute

Sur les 420 personnes concernées à Verbier, certaines sont parties immédiatement, tandis que les autres ont pris quelques jours avant de rentrer. «C’est en voyant que les plateaux-repas restaient intacts que les hébergeurs ont constaté que les clients étaient partis», a raconté M. Sandoz, confirmant à Keystone-ATS une information de la SonntagsZeitung.

Il a ajouté que, selon un sondage effectué samedi auprès des hébergeurs, il y aurait désormais moins de dix personnes concernées par cette quarantaine dans la station.

A lire aussi : Britanniques et quarantaines: Verbier doit faire face à des mesures difficiles à mettre en œuvre

Les touristes sont repartis «un peu fâchés contre la Suisse» et avec le sentiment d’avoir été «pris au piège», a ajouté M. Sandoz, rappelant que les Britanniques représentent un cinquième de la clientèle de la station.

Le porte-parole a finalement regretté «l’hystérie collective» des derniers jours autour de Verbier, comme si la station était «la seule en Suisse» à accueillir des Britanniques. «Selon certains médias, on a l’impression que Verbier va infecter tout le pays», a-t-il déploré. Dans l'émission Forum de la RTS, le président du Conseil d'Etat valaisan Christophe Darbellay a annoncé dimanche qu'il avait demandé un rapport sur la situation à Verbier. Il a reconnu qu'il était difficile de retracer tout le monde, mais le canton a fait ce qui était possible.