Réservé aux abonnés

Valais: la convention Eglise-école fait débat

Plusieurs points de la nouvelle convention entre l’Eglise et l’école font réagir des membres de la constituante, dont le fait que les enseignants de religion en primaire soient nommés par les Eglises. Johan Rochel, défavorable à la convention, et Kamy May, qui soutient le texte, ont accepté de répondre du tac au tac.
16 févr. 2021, 05:30 / Màj. le 16 févr. 2021 à 05:30
Kamy May et Johan Rochel, tous deux membres de la constituante, donnent leurs points de vue opposés.

La nouvelle convention dans le domaine de l’école signée fin janvier par l’Etat du Valais et les Eglises reconnues (catholique et réformée), et qui entrera en vigueur à la prochaine rentrée scolaire, suscite plusieurs réactions, notamment au sein des membres de la constituante. Les points qui posent problème pour certains: le fait que la convention ne permette plus de dispense pour le cours d’éthique et culture religieuse et l’idée que les enseignants de ces cours, au niveau primaire, s...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois