Valais: un révisionniste condamné pour discrimination raciale

Un Valaisan qui avait défini l’existence des chambres à gaz nazies comme «un point controversé de l’histoire» a vu sa condamnation en première instance confirmée par le Tribunal cantonal. Il ira au Tribunal fédéral.
09 nov. 2021, 12:01
/ Màj. le 09 nov. 2021 à 14:44
Un million de personnes sont mortes dans le camp d’Auschwitz.

Le Sierrois René-Louis Berclaz a vu sa condamnation pour discrimination raciale en 2018 par le Tribunal de Sierre à 140 jours-amendes sans sursis confirmée il y a quelques jours par le Tribunal cantonal, trois ans après le premier verdict. En 2017, il avait soutenu dans un article publié sur internet que les chambres à gaz nazies étaient un «point fort controversé de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale».

A lire aussi: Sierre: pas de sursis pour le révisionniste  (8 octobre 2018)

Le Valaisan a annoncé mardi au «Nouvelliste» qu’il allait déposer un recours devant le Tribunal fédéral. Selon lui, sous prétexte de défendre la dignité humaine, la norme antiraciste bafoue le droit fondamental à la liberté d’expression. Après avoir été condamné dans les années 90 et 2000 à de la prison en raison de ses opinions révisionnistes, il n’avait plus fait parler de lui. En 2012, il avait créé en Valais la revue «Sentinelle du Continent».

par Gilles Berreau