Si on sortait ce week-end?

Conférences, théâtre, musique, expos, concerts, voilà quelques suggestions pour passer de bons moments culturels.
08 sept. 2021, 20:00
/ Màj. le 08 sept. 2021 à 20:00
La danseuse et chorégraphe Faustine Moret se produit ce week-end aux Caves du Manoir avec un nouveau solo.

Martigny: quand Faustine Moret revisite le journal de Bridget Jones

On l’avait quittée en avril alors qu’elle présentait sa création «Gabriella 2021» à la belle Usine de Fully. Depuis ce printemps, la danseuse et chorégraphe Faustine Moret n’a pas procrastiné et débarque ce week-end aux Caves du Manoir à Martigny avec un nouveau solo. «Koruskan» comme «coruscant», cet adjectif français rarement usité mais dont la sonorité évoque cette brillance qu’il signifie. «Ca fait référence à ce qui étincelle. J’aime me demander ce qu’il y a sous le vernis des choses», précise d’emblée l’artiste valaisanne diplômée de l’Accademia Teatro Dimitri au Tessin. 

C’est à la faveur d’une bourse de recherche cantonale qu’elle a pu concevoir ce projet entre février et mars sur la scène du Théâtre de Valère à Sion. On se souvient de ces «Plateaux de résistance» qui avaient permis à de nombreux acteurs culturels de continuer à créer au nez et à la barbe de ce fichu virus. Faustine Moret s’est inspirée d’un des journaux intimes de son adolescence pour monter ce spectacle de danse contemporaine. «Mais comme dans mes démarches antérieures, je laisse passablement de trous dans le discours que le spectateur pourra combler à sa guise», explique celle qui se nourrit du mystère et des ellipses. Une Bridget Jones qui s’invente une vie, ça peut donner quoi? Réponse ce vendredi à Martigny. 

 

Infos pratiques

«Koruskan», vendredi 10 septembre à 20 h 30 et samedi 11 septembre à 17 heures et 20 h 30 aux Caves du Manoir à Martigny. Réservation obligatoire:

 

En savoir plus : Le site de réservation

 

Sion: les arts de la parole

 

@DR

 

La Ferme-Asile redonne à la parole son droit de cité et propose un week-end placé sous le signe du conte. Vendredi fera la part belle à Vi Indigaï, une conteuse vagabonde pour qui les arts du récit sont le squelette, la chair et le cœur de notre humanité. Depuis quinze ans déjà, de son côté, la compagnie ContaCordes voyage entre les paroles et les airs. Conteuse et musiciennes, réunies par une sensibilité commune, mêlent leurs langages pour partager contes et musiques dans leur richesse et leur mystère. ça c’est pour dimanche. Bienvenue à tous!

 

Infos pratiques

Ferme-Asile, vendredi 10 septembre à 20 h 30 et dimanche 12 septembre à 11 heures. Réservations au 079 129 89 71 ou sur ma.maret@bluewin.ch

 

Lens: une soiré classique à la Fondation Opale

 

 

La Camerata du Léman, née en 2012 sous l’impulsion de Carine Balit, réunit quinze musiciens brillants et passionnés. Dès ses débuts, elle reçoit l’enthousiasme du public et des critiques touchés par l’entente profonde entre les solistes qui jouent sans chef. Cette grande particularité qui leur permet une interaction artistique inédite en fait un ensemble unique et audacieux, très apprécié et recherché. La Camerata propose un répertoire non seulement incontournable, de la musique baroque jusqu’au XXIe siècle, mais aussi inventif et original. La Camerata du Léman est lauréate du prix spécial en musique de chambre à la troisième Berliner International Competition. A la Fondation Opale, elle proposera le programme suivant: Franz Schubert, ouverture en do mineur D8a, et Josef Suk, sérénade pour cordes op. 6 en mi bémol majeur. 

 

Infos pratiques

Fondation Opale, samedi 11 septembre à 19 heures. Billets sur place, réservations au 027 483 46 10 ou sur sur info@fondationopale.ch

 

Crans-Montana: au nom de la liberté d’expression

 

@DR

 

Swiss Made Culture termine sa saison avec la venue de Patrick Chappatte, redoutable dessinateur de presse, et d’Anne-Frédérique Widmann, journaliste d’investigation et réalisatrice respectée à la RTS. 

Patrick Chappatte a obtenu en 2020 le Prix de la Fondation pour Genève. Il croque l’actualité pour «Le Temps», la «NZZ am Sonntag», «Der Spiegel» et «The Boston Globe», après avoir été le dessinateur attitré de l’«International Herald Tribune» et du «New York Times» pendant 18 ans.

Anne-Frédérique Widmann, lauréate en 2019 du Prix Jean Dumur de journalisme, a réalisé des documentaires pour «Temps présent» ainsi que «Free Men», un film consacré à Kenneth Reams, enfermé dans un couloir de la mort aux Etats-Unis depuis 27 ans.
Deux personnages qui défendent depuis toujours la liberté de la presse, un principe garant de la démocratie.

 

Infos pratiques

Cinécran, samedi 11 septembre à 18 h 30. Réservations obligatoires au 079 849 94 85 ou sur event@swissmadeculture.ch

 

Sion: Thierry Meury est de retour

 

@DR

 

Habitué plutôt des plats du jour, Thierry Meury enfile ici sa tenue de grand chef pour un spectacle aux allures de grand repas gastronomique, des entrées aux desserts en passant par les hors-d’œuvre et le plat de résistance! C’est dire que tous les sujets d’actualité passent à la casserole, avec pour principaux ingrédients des manchettes et articles de journaux ainsi que de nombreuses autres images plus ou moins décalées.

 

Infos pratiques

Ritz Lounge Bar, vendredi 10septembre à 19 h 30. Réservations au 027 327 65 02.

 

Sierre: l’art, un espace infini...

 

@DR

 

Né en Valais en 1970, Stéphane Meier, qui vit à Savièse, a fait une formation d’architecte à l’Ecole polytechnique de Lausanne qui le «sensibilise au jeu des volumes et des formes dans un espace bi- ou tridimensionnel». Il entreprend ensuite divers apprentissages: dessin, peinture, calligraphie. Voyages et rencontres enrichissent sa mémoire d’impressions ramenées d’Australie, du Vietnam, de Chine, du Maroc et d’Espagne. Il dit: «L’art est avant tout cet espace infini de liberté.» Dans la salle blanche, on découvre trois aspects de son travail. Des tableaux où prédominent le bleu et le beige qui évoquent l’idée d’une spatialité à échelle variable: la plus petite étant celle de l’homme et, au-delà, celle de l’infini... «Le bleu est devenu symbole du calme, de l’insondable, les nuances de beiges suggèrent les rêves, les actions, les réalisations... Je me suis mis à rêver secrètement de l’étendue, de l’océan, mais aussi du désert.»

 

Infos pratiques

Château de Venthône, jusqu’au 26 septembre. Ouvert du vendredi au dimanche de 15 à 18 h. Entrée libre.

 

Saint-Maurice: trois expositions sinon rien...

C’est une formule qui marche, les lieux d’expositions temporaires agaunois continuent à organiser des vernissages communs deux fois l’an pour présenter leurs nouvelles expositions sur une même date. Ce samedi 11 septembre aura lieu à Saint-Maurice le vernissage commun automnal des lieux d’expositions agaunois. L’occasion de découvrir trois nouvelles expositions au château de Saint-Maurice, à l’espace ContreContre ainsi qu’à la galerie Oblique. 

 

@Aline Fournier

 

Ainsi, au château de Saint-Maurice, du 11 septembre au 14 novembre, le public pourra découvrir, aux côtés de Pinocchio – qui reste l’exposition phare du château pour cette saison – et de Jim Curious dans les combles, l’exposition «Là-haut / Da Oben, sites fortifiés de la préhistoire à nos jours», une exposition proposée et conçue par l’Office cantonal d’archéologie du Valais et ArchaeoTourism. L’espace ContreContre, du 11 septembre au 16 octobre, présente le travail photographique d’Aline Fournier alors que la galerie Oblique propose l’exposition «L’heure des poètes» de Raphaël Moulin, avec des portraits de poètes par Sophie Mottet, Philippe Trombert, Alessio Morandini, Christian Raboud, Thieu Le Quoc, Simon Buttet, du 11 septembre au 30 octobre.

 

Infos pratiques

Renseignements et horaires sur www.chateau-stmaurice.ch

www.contrecontre.com

www.galerieoblique.ch

 

Saint-maurice: l’«AudioDôme» de strom|morts

 

@DR

 

«AudioDôme» est un projet de strom|morts, un groupe de musique électronique minimaliste composé de membres vétérans des groupes de post-metal: Knut et Abraham, lauréat de la bourse Musique Pro du canton du Valais.

Après plus de huit mois de recherche et développement, dont une partie en résidence au sein même d’un ancien cinéma de quartier, strom|morts propose de découvrir leur installation, en parallèle de l’exposition «Musique éternelle». 

Cet étonnant combo veut faire partager au grand public sa passion pour un genre musical particulier, le drone – le drone est aujourd’hui devenu un son qu’on cherche à produire consciemment, et surtout pour lui-même –, et aussi démontrer que ce dernier a été une composante importante dans l’histoire de la musique universelle. Vous pourrez découvrir grâce a cette exposition que le drone a traversé les âges et le monde entier; et peut-être même «droner» vous-même sur un synthétiseur mis à disposition.

 

Infos pratiques

Médiathèque de Saint-Maurice, vendredi 10 septembre de 19 à 23 h, samedi 11 septembre de 10 à 13 h et de 18 à 22 h, dimanche 12 septembre de 10 à 13 h. Entrée libre.

 

Grône: le plus cuivré des festivals est de retour

 

 

Après un lancement en grande pompe en 2018, le BPM Festival de Grône fait son retour à la salle Recto Verso, du vendredi 10 au mercredi 15 septembre. Pour sa première édition, le nombre de battements de cœur par minute avait été très fourni, avec des créations, des concerts mêlant les genres, et le point d’orgue d’une soirée réunissant sur une même scène les brass bands excellence du canton.

Cette année, le concept reste à peu près le même. Abattre les barrières, briser les clichés, et donner un nouvel élan aux instruments de cuivre, qu’ils infusent leurs sonorités aux musiques traditionnelles ou qu’ils s’éclatent dans des styles dits de musique actuelle. 

La programmation s’annonce riche, avec des artistes à l’aura nationale et internationale. Vendredi, Opération Macondo ouvrira le festival en mêlant aux platines jazz, punk, musiques de films noirs, soul et sirtaki. Puis l’ensemble Lost in Swing ravivera le swing des années 40-50.
La suite sera au diapason, avec les cinq étudiantes de la HEM de Genève Wonderbrass le samedi, puis le funk de Frische Frische, le fameux Soulflip Orchestra et enfin la fanfare Revuelta.

 

 

Le dimanche sera consacré à un festival des écoles de musique valaisannes, après quoi le public decouvrira la performance de percussion Strike off the walls ou encore la combinaison surprenante de la Fanfare des oies…Mercredi 15 septembre, pour son dernier jour de festival, le BPM réunira une nouvelle fois le Valaisia Brass Band, le Brass Band 13 Etoiles et l’Ensemble de cuivres valaisan. Signalons encore les master classes qui se tiendront le samedi après-midi de 15 heures à 18 h 30. Il y aura là largement de quoi donner un nouvel éclat à la musique de cuivres.

Texte ici

par Xavier Duroux,Sarah Wicky,Jean-François Albelda