Réservé aux abonnés

Gratter le vernis de la légende

29 mars 2018, 00:01
/ Màj. le 29 mars 2018 à 00:01
8E9A6510.CR2

Par le biais du western, les Etats-Unis d’Amérique ont légitimé pendant des décennies la violence fondatrice de «l’Union», au prix de gros arrangements avec la vérité historique, s’inventant un véritable mythe sur pellicule. «Trahi» par des films critiques au cours des années 1960 et 1970, ce genre cinématographique a aujourd’hui presque disparu, hormis quelques résurgences qui ont pour point commun de gratter encore un peu plus le vernis déjà bien craquelé de la légende.

Après la guerre

Réalisé par Scott Cooper, acteur virginien reconverti dans la mise en scène, «Hostiles» participe de ce type...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois