Savièse: le patron de l'auberge du Sanetsch dans la tourmente

Le patron de l'auberge du Sanetsch, Jean-Maurice Luyet, est sous le coup de plusieurs procédures suite à des dénonciations de ses employés. Le Saviésan réfute en bloc ces accusations.
21 oct. 2014, 06:30
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
hbod61

Leurs noms: Jean-Boris, Florence, Elsa, Betty, Olga*, Kathia*. Leurs points communs: Tous ont travaillé, cet été, à l’auberge du Sanetsch et tous, sans exceptions, dénoncent les conditions de travail et le comportement autoritaire du patron, Jean-Maurice Luyet. Salaires versés en retard, congés non respectés, conditions d’hébergement sommaires, climat violent.

Telles sont les accusations portées par les anciens employés. Des attaques que Jean-Maurice Luyet nie point par point et ne cesse de répéter qu’il n’est sous le coup d’aucune condamnation. «Tout a déjà été contrôlé. Tout est en ordre. Il n’y a aucune plainte pénale contre moi». Le Saviésan aux moustaches saillantes parle d’un complot, d’une machination orchestrée par des personnes jalouses de son succès.

Menottes aux pieds

Jean-Boris Doll a pourtant bel et bien porté plainte contre son ancien patron. Ce Français de 31 ans est encore sous le choc suite à son séjour au Sanetsch. N’ayant toujours pas reçu son salaire après un mois et demi de travail, une bagarre éclate le 31 août vers 17h45.

«J’ai insisté pour recevoir ma paie. Jean-Maurice Luyet s’est montré très agressif. Sur mon appel, la police est montée. Ils ont dû lui passer des menottes aux pieds et aux mains.» Le patron du Sanestch reconnaît les faits même s’il tend à minimiser l’intervention.

Quant aux autres dénonciations, le patron ne souhaite même pas s’étendre. «Ce sont des mensonges pour me soutirer plus d’argent.»

*Noms connus de la rédaction

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions payantes de mardi.