Le renouvellement du téléphérique Chalais-Briey-Vercorin va de l’avant

C’est une nouvelle étape franchie dans le dossier du nouveau téléphérique Chalais-Briey-Vercorin: le Conseil d’Etat a homologué la modification partielle du plan d’affectation des zones et du règlement des constructions de la commune. Les opposants peuvent faire recours.
15 oct. 2021, 16:18
/ Màj. le 15 oct. 2021 à 16:43
Téléphérique reliant Chalais à Vercorin.  Louis Dasselborne/Le  Nouvelliste

Le projet du renouvellement du téléphérique Chalais-Briey-Vercorin va de l’avant. Suivant la décision de l’assemblée primaire du 11 juin 2018, le Conseil d’Etat a décidé d’homologuer la modification partielle du plan d’affectation des zones et du règlement communal des constructions et des zones. 

«Cette décision, qui reste soumise à recours de la part des opposants, permet à ce projet de franchir une nouvelle étape et accroît d’autant sa perspective de réalisation», communiquent la commune de Chalais et la destination Vercorin. 

«Le véritable ennemi, c’est le temps qui s’écoule»

Elles rappellent que l’installation actuelle, construite en 1951, montre des signes de fatigue et nécessite des investissements importants. Au cours des trois prochaines années, 700 000 francs seront ainsi consentis afin de garantir la sécurité des passagers. «Ce sont des montants très importants, pour au final une période d’exploitation résiduelle relativement courte jusqu’à la remise à neuf complète de l’installation», regrette Sylvie Masserey Anselin, présidente de Chalais. 

A lire aussi: Alain Perruchoud quitte la présidence de Téléphérique Chalais-Vercorin SA

Le conseil d’administration de la société Téléphérique Chalais-Vercorin SA a d’ores et déjà demandé à l’Office fédéral des transports de relancer la procédure d’approbation des plans de la nouvelle installation. Celle-ci avait momentanément été suspendue en attendant la décision du canton. 

«Il aura fallu trois ans pour obtenir cette décision. Le véritable ennemi dans ce dossier, c’est le temps qui s’écoule, la lenteur des procédures», poursuit la cheffe de l’exécutif. Afin de faire avancer les réflexions en lien avec l’approbation des plans, une discussion devrait prochainement être ouverte avec les opposants.  

par Florent Bagnoud