8

A Sion, chez Raphaëlle, c'est 23 fois Noël

Durant les Fêtes, l'appartement de Raphaëlle Balet-Claivaz se transforme en véritable forêt magique.
24 déc. 2019, 12:00
/ Màj. le 24 déc. 2019 à 12:22
Durant les Fêtes, ce ne sont pas moins de 23 sapins qui occupent le salon de Raphaëlle.

Vingt-trois sapins de Noël dans un salon de 45 m², voilà un exploit digne de figurer au Guinness Book. Mais des records, Raphaëlle Balet-Claivaz, l’artisane de ce tour de force, n’en a cure. «Je veux avant tout apporter un peu de chaleur et de magie le temps des Fêtes», avoue cette fleuriste sédunoise à la retraite.   

Un décor de rêve

A Sion, dans un immeuble situé à la rue de Lausanne, se cache un trésor insoupçonné. «Bonjour, entrez, entrez, venez découvrir la magie de Noël.» La maîtresse des lieux, Raphaëlle, nous accueille, l’œil pétillant et le sourire mutin, coiffée d’un chapeau de circonstance. Devant nos yeux se déploie alors une vision féerique: le séjour de la Sédunoise est presque entièrement occupé par une forêt de sapins, tous soigneusement décorés et illuminés. Des boules par milliers, des dizaines de guirlandes, de crèches, de pères Noël et d’animaux divers: au-delà des chiffres, ce qui frappe surtout c’est l’harmonie et la magie qui se dégagent de ce décor aux dimensions hors norme, au kitsch totalement assumé. «Je fais en sorte que toutes les couleurs se marient, que les objets disparates se répondent, que le profane cohabite avec le sacré, en une grande célébration.»


L’interview de Raphaëlle en vidéo:


C’est que Raphaëlle, la déco, elle connaît: il y a quelques années, Le Temps des fleurs, son magasin de l’avenue de la Gare était reconnu pour l’originalité de ses créations. La retraite venue, elle ne peut se résoudre à l’inactivité. Depuis, chaque année, dès le 20 novembre, les cartons s’entassent dans son appartement. «Heureusement, mon époux me soutient et me prête main-forte, en fermant les yeux sur le fourbi engendré.» Un travail de longue haleine, qui se poursuit souvent jusque tard dans la nuit.

La récompense du partage

Mais elle l’avoue, «si je fais tout ça, c’est surtout pour partager la magie de Noël». Elle invite donc régulièrement des personnes, jeunes et moins jeunes, à découvrir le fruit de sa créativité débordante. «Voir dans leurs yeux cette étincelle qui trahit l’émotion qui les étreint, faite de souvenir et de rêve, c’est pour moi la plus belle des récompenses.» 

par Pascal Claivaz