Réservé aux abonnés

Tireur fou: les responsables se renvoient la balle

L'absence de débriefing après un exercice irrite les professeurs. Jean-Marie Cleusix et Benjamin Roduit s'opposent sur les raisons de cette absence.
07 août 2015, 14:30
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_2779480.jpg

Jeudi passé, un exercice d'envergure baptisé "Amok" a été organisé au lycée-collège des Creusets (LCC). Le scénario simulait l'attaque d'un tireur fou, un "amok", terme utilisé par de nombreuses polices dans le monde pour qualifier une personne hors de contrôle. Cinq cents professeurs ont joué le rôle d'élèves figurants.

Quelques heures après la fin de la manoeuvre, plusieurs enseignants ont exprimé anonymement leur mécontentement sur l'1...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois