Réservé aux abonnés

Raymond Borgeat, président du Centre gauche-PCS: «Le PS a intérêt à ce que l’on continue d’exister»

Après avoir obtenu 1% des voix aux élections fédérales, le Centre gauche-PCS décidera mercredi soir s’il continue ou non d’être un parti politique lors d’une assemblée extraordinaire.
14 janv. 2020, 12:00 / Màj. le 14 janv. 2020 à 12:00
Raymond Borgeat: «Les membres auront le choix entre quatre scénarios possibles dont celui de la disparition du parti.»

Raymond Borgeat, avec 1% de voix aux dernières élections fédérales, vous avez laissé entendre que Centre gauche-PCS pouvait disparaître. Qu’en est-il? 

Nos membres choisiront mercredi soir entre plusieurs scénarios. La dissolution du parti en fait partie, tout comme le statu quo, c’est-à-dire un partenariat avec le PS, avec des listes qui devraient s’appeler PS – CG-PCS et non plus AdG. 

Donc votre avenir dépend aussi de la volonté du PS de confirmer un partenariat? 

Oui, et &ag...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an