Première à la Blanche de Perroc pour Gilles Sierro

Gilles Sierro persiste et signe. Après la Dent-Blanche l'an dernier, l'Hérémensard a descendu à ski la face nord de la Blanche de Perroc au fond du val d'Hérens.
07 août 2015, 13:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Gilles Sierro dans ses oeuvres. www.davidcarlierphotography.com

Le début du mois de juin constitue un moment des plus joyeux. Du moins pour Gilles Sierro. Qui vient de réaliser la première intégrale à ski de la face nord de la Blanche de Perroc en guise de cadeau d’anniversaire. Un nouvel exploit à mettre au crédit de ce skieur hors du commun. Il y a une année,  le guide hérémensard signait une première prestigieuse, la descente du couloir sud-ouest de la mythique Dent-Blanche. «C’est une période magique dans le val d’Hérens», se plait-il à raconter. Un moment magique pour une seconde expérience magnifique dans le massif des Dents de Veisivi.

Gilles Sierro était venu dans le secteur en repérage photographique avec David Carlier, chef du projet «13 faces du Valais», l’un des treize projets retenus pour les célébrations en 2015 du 200e  anniversaire de l’entrée du canton dans la Confédération. C’est là que le guide a aperçu l’ouverture possible. Une excellente surprise. «J’ai décidé en accord avec David de tenter la descente à ski. Car avec les températures de juin, les conditions peuvent devenir impraticables en deux ou trois jours.» Au bilan, des déclivités à 57° pour une pente moyenne de 50°.

Si l’on lui demande de comparer les deux premières, Gilles Sierro n’émet pas de préférence. «C’était deux superbes journées avec des gens sympas. La descente de la Dent-Blanche est plus soutenue et complexe à gérer car l’amplitude et les différences de températures sont plus fortes. Mais à la Blanche de Perroc, les passages clés sont plus techniques.»

Découvrez l'intégralité du témoignage de Gilles Sierro dans Le Nouvelliste du jeudi 12 juin.