Réservé aux abonnés

Olivier Turin, un homme d’exécutif à la tête du Grand Conseil

Le vice-président de Collombey-Muraz s’apprête à diriger le Parlement valaisan. Portrait d’un socialiste centriste et consensuel et dont le coronavirus rendra l'année de règne particulière.
14 juin 2020, 18:00 / Màj. le 14 juin 2020 à 18:00
«Je me réjouis de cette semaine dans le Haut que je visite environ 40 fois par an.» Olivier Turin présidera sa première session à Brigue, où la salle Simplonhalle permet le respect de la distance sanitaire de 2 mètres.

On lui dit qu’au fond, la période ne pouvait pas mieux tomber pour lui. Présider le Grand Conseil avec beaucoup moins de devoirs de représentation officielle qu’à l’accoutumée. Le coronavirus épargnerait, en quelque sorte, à une personnalité réservée, la foule de la Fête de la châtaigne. De l’abricot. De l’amigne. Des moutons. Etc. Etc. «Pas du tout!» corrige Olivier Turin, qui succédera lundi matin au grand baillif Gilles Martin. «J&...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an