«Le Nouvelliste» et le «Walliser Bote» unissent leurs forces

Les deux principaux journaux valaisans lancent une première rubrique commune. Elle marque le début d’un partenariat entre les deux quotidiens du canton.
22 mars 2019, 15:30
/ Màj. le 22 mars 2019 à 15:36
montage 2

Dès aujourd’hui, le «Walliser Bote» et «Le Nouvelliste» vont échanger, deux fois par mois, leur point de vue éditorial sur l’actualité valaisanne. Cette nouvelle rubrique marque le début d’un partenariat entre les deux quotidiens du canton. «Nous ne sommes pas des médias concurrents, mais complémentaires. Or, jusqu’à aujourd’hui, nous ne profitions pas assez de cette complémentarité», constatent les deux rédacteurs en chef Herold Bieler et Vincent Fragnière.

La chronique du WB dans le NF

Désormais, deux vendredis par mois, les lectrices et lecteurs du «Nouvelliste» auront droit au point de vue du «Walliser Bote» sur plusieurs sujets d’actualité importants pour le Haut-Valais et qui questionnent aussi le Valais romand. «La chronique du «Nouvelliste» dans le WB paraîtra, elle, le samedi, tous les quinze jours», annonce Vincent Fragnière.

A lire aussi : De l’absence de fusion à Simonetta Sommaruga. La chronique d'Herold Bieler

Plus de collaboration sur l’actualité

En plus de cette démarche éditoriale, les deux rédactions travailleront ensemble sur certains sujets ou pourront aussi s’échanger des articles complets. «Cela a déjà été le cas notamment sur le dossier historique du mercure. Et le but est d’intensifier cette collaboration», explique Herold Bieler. De plus, «Le Nouvelliste» a choisi parmi les cinq thèmes forts traités en 2019 celui du rapport entre le Haut et le Bas-Valais qui va démarrer à la mi-mai. 

A lire aussi : «Le Nouvelliste» et le «Walliser Bote»: les enjeux d’un partenariat

Un premier supplément en commun

Une collaboration sera également instaurée pour de grands événements. En 2019, dans le cadre des cent ans de l’Association valaisanne de football, un supplément retraçant l’histoire du football cantonal sera réalisé cet automne en commun. «Chacun connaît parfaitement sa région. Cet atout doit pouvoir profiter aux deux titres», espèrent les rédacteurs en chef tandis que les deux éditeurs vont proposer avant l’été une offre commerciale très intéressante pour toutes les personnes qui voudront s’abonner aux deux titres et… parfaire ainsi leur bilinguisme.
 

par Vincent Fragnière