La ligne THT Chamoson-Chippis pourrait être déplacée, mais après la construction des derniers pylônes

A Grône, la construction des sept derniers pylônes de la ligne THT entre Chamoson et Chippis a démarré. L’Etat du Valais ne désespère pas de faire modifier le tracé… après la fin de la construction.
06 avr. 2021, 11:40
/ Màj. le 06 avr. 2021 à 16:02
La ligne THT sera mise en service en juin 2022.

La ligne à très haute tension (THT) entre Chamoson et Chippis franchit une nouvelle étape. La construction des derniers pylônes a démarré en vue d’une mise en service en juin 2022.

L’accès aux dernières parcelles à Grône a été définitivement confirmé par le Tribunal fédéral (TF) en décembre dernier, rappelle mardi dans un communiqué Swissgrid, le gestionnaire du réseau haute tension. Le TF a en effet jugé irrecevable la dizaine de recours dirigés contre cette ligne THT.

A lire aussi: Ligne THT Chamoson-Chippis: recours irrecevables

A Grône, la construction des fondations des sept pylônes sur les 77 que comptera la ligne doit durer jusqu’en juillet prochain. «Il est en effet impératif de poursuivre la construction de la ligne et de mettre celle-ci en service en juin 2022», écrit Swissgrid dans son communiqué.

La ligne THT (380 kilovolts, kV) entre Chamoson et Chippis s’étendra sur 29 kilomètres. Elle permettra d’assurer le transport de l’énergie produite notamment par la centrale de pompage-turbinage de Nant de Drance.

L’Etat du Valais veut un changement de tracé

L’Etat du Valais souhaite toujours un changement de tracé pour cette ligne THT, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué. Le Département des finances dirigé par Roberto Schmidt a demandé le déplacement de cinq pylônes: quatre sur le territoire de la commune de Grône et un sur celui de Chalais. Un avant-projet technique a été déposé par le Canton auprès de Swissgrid.

Une convention de principe a été signée entre l’Etat et Swissgrid, dans laquelle il est précisé que cette dernière n’acceptera d’étudier la variante qu’après la mise en service de la ligne THT, pour ne pas retarder le projet.

Une nouvelle autorisation fédérale sera nécessaire si la variante proposée devait être adoptée. Selon le communiqué de l’Etat, il faudra entre 17 et 20 mois pour l’obtenir.

par Jean-Yves Gabbud