Réservé aux abonnés

La coprésidente d’EXIT: «Ce n’est pas parce qu’une personne nous appelle qu’elle passera à l’acte»

Depuis quatorze ans, Gabriela Jaunin s’occupe des personnes qui ont décidé de mourir par suicide assisté en Valais notamment. Elle est donc directement confrontée à la politique des homes du canton sur le sujet. 50% d’entre eux refusent l’entrée d’EXIT dans l’établissement.
09 janv. 2019, 12:01 / Màj. le 09 janv. 2019 à 12:01
Coprésidente de l’association romande EXIT depuis l’an dernier, Gabriela Jaunin est également accompagnante depuis quatorze ans.
Le contexte
- Le nombre d’adhérents valaisans à EXIT, l’association pour le droit de mourir dans la dignité, ne cesse de croître. Idem concernant les demandes de suicide assisté qui proviennent de plus en plus de personnes âgées. Et ce alors que les homes du canton sont partagés sur la question: 50% d’entre eux refusent cette pratique. 
- La coprésidente d’EXIT, Gabriela Jaunin, connaît bien la problématique valaisanne. Elle accompagne les patients faisant appel à EXIT depuis qu...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois