Réservé aux abonnés

Johan Rochel: «Aujourd’hui, l’utilisation du certificat nous conduirait dans une situation de conflit social énorme»

Condition essentielle au retour à la vie normale pour les uns, danger sociétal pour les autres, le certificat Covid divise. Au cœur des débats, notamment, les prérogatives laissées aux acteurs des branches concernées (restauration, culture, sport, etc.) qui devront chacun trancher sur la pratique à privilégier. Et sans politique globalisée, le risque de clivage est grand. Philosophe et éthicien, Johan Rochel évoque les enjeux liés à un pass Covid. Interview.
23 mai 2021, 18:00 / Màj. le 24 mai 2021 à 12:02
Aujourd'hui, selon Johan Rochel, l'utilisation du certificat Covid est à proscrire.

Johan Rochel, commençons par le début. Le chercheur en éthique est-il pour ou contre le certificat Covid?

Mon espoir, c’est que l’on n’ait jamais besoin de l’utiliser. Je comprends que le Conseil fédéral planche sur sa préparation. Quant à son utilisation, cela dépend si l’on se prépare pour le beau ou le mauvais temps.

C’est-à-dire?

Le scénario de beau temps, c’est d’envisager qu’à l’automne, 70 ou 75% des personnes sont vaccinées. On ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois