Hausse des chômeurs en Valais !

4149 chômeurs étaient inscrits auprès des Offices régionaux de placement (ORP) valaisans à la fin septembre, soit 240 de plus qu'à la fin août. Le taux de chômage valaisan est remonté à 3% (+0.2 point). Cette hausse est essentiellement saisonnière et touche avant tout les professions liées au tourisme. La situation sur le marché du travail valaisan reste toutefois encore favorable par rapport à l'année dernière.
03 août 2015, 09:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
capture

Le marché du travail valaisan se trouve actuellement en phase de transition. D’une part, il bénéficie toujours de la reprise conjoncturelle, qui montre cependant quelques signes d’essoufflement. D’autre part, la cherté actuelle du franc suisse n'a pas encore d'effet visible sur le chômage en Valais. 

Une croissance ralentie

Les premiers signes annonçant la fin de l'évolution positive se dessinent : la croissance de l’emploi ralentit et la baisse du chômage après correction des variations saisonnières semble presque tarie. La situation sur le marché du travail devrait légèrement se détériorer en 2012 selon les prévisions de la majorité des instituts conjoncturels.

Facteur saisonnier

La hausse du chômage enregistrée à la fin du mois dernier en Valais est liée à la fin de la saison d’été, qui a bénéficié de conditions météorologiques favorables en septembre. L’augmentation du chômage a été observée essentiellement dans les professions liées à l’hôtellerie-restauration et dans les régions touristiques, comme par exemple les régions de Zermatt (+68) et Saas (+16) dans le Haut-Valais, les 6 communes du Haut-Plateau (+80) dans le Valais Central ou encore la région de Bagnes/Orsières (+16) dans le Bas-Valais.

En ce qui concerne la construction, la situation reste favorable par rapport au mois dernier et à l'année dernière. Cette branche reste un pilier fondamental de l’économie valaisanne.

En baisse chez les jeunes

Si le nombre des jeunes chômeurs de 15-19 ans avait augmenté ces derniers mois en raison de l’inscription au chômage de jeunes arrivés au terme de leur apprentissage ou de leur scolarité, il s’est inscrit à la baisse en septembre.