Gérard-Philippe Mabillard: «l’humain et la créativité m’animent»

Le directeur de l’Interprofession de la Vigne et du Vin du Valais Gérard-Philippe Mabillard est un gourmand. Il le reconnaît. Passionné, contemplatif, il a su lier ses passions, le cinéma et la photographie avec son plaisir du partage et le don de la vigne.
05 déc. 2021, 08:00
/ Màj. le 05 déc. 2021 à 08:00
«Quand on marche, il faut toujours lever la tête. C’est là que ça se passe.»

Cet article peut se lire dans notre magazine Terroirs de décembre en cliquant ici.

Quel est le tout premier goût qui vous vient en mémoire? 

Une recette de ma grandmaman. Typiquement bagnarde, le Kouejenadze. C’est une espèce de compote purée de pommes, poires et pommes de terre. On y ajoutait des petits morceaux de fromage et ça fondait. J’ai une tante qui m’a invité dernièrement pour faire un repas Kouejenadze. Pour moi, ce goût me ramène à l’enfance. J’en prenais plusieurs fois et grand-maman disait toujours: «Mais t’as rien mangé, gamin!» 

Sa recette: le kouejenadze
500 g de pommes du Valais ou 250 g de poires et 250 g de pommes
500 g de pommes de terre à purée
1 cuillère à café de sel
4 dl d’eau
4 dl de lait
50 g de beurre
1 petit oignon blanc
Peler les fruits et les pommes de terre, les couper en dé et les faire cuire dans l’eau, le sel et le lait pendant 30 minutes.
Retirer l’eau, écraser le tout jusqu’à obtenir une purée lisse.
Faire fondre le beurre dans une casserole, y faire revenir les oignons hachés finement.
Verser le tout sur le kouejenadze. Assaisonner avec un peu de poivre et noix de muscade.

 Etes-vous un gourmand? 

Oui, je peux être gourmand quand on met des mets au fromage devant moi. Je n’arrive pas à m’arrêter. Quand on vient à la fin d’un repas avec un chariot de fromage, et même si ce n’était pas prévu, je ne peux pas résister. 

 Qu’aimez-vous cuisiner? 

J’adore faire le risotto, on peut faire des expériences en y ajoutant des ingrédients, faire des variations, même sucré-salé, surprenantes. Comme en y associant des fruits de saison! J’ai tenté un risotto aux asperges avec du fromage d’alpage à la place du parmesan. C’était divin! 

Profil
1965 Naissance à Martigny.
Depuis 2010 Directeur de l’Interprofession de la vigne et du vin (IVV).
2014 Parution d’«Inspirations», Glénat.
2017 Parution de «Photographies autour d’un verre de vin», Glénat.

 Votre madeleine de Proust?

Celui d’une variété de pomme, la franc roseau. Elle me rend heureux car elle me rappelle mon grand-papa, il en cultivait dans son verger. Il nous préparait les branches de rameaux garnies de pommes que l’on déposait à la messe. 

 Un repas pour lequel vous vous levez la nuit? 

Beaucoup de choses! Mais surtout les endives au jambon de ma maman. Elle prépare une sauce incroyable qui se marie avec l’amertume de l’endive.

 Votre pire souvenir gustatif? 

Je n’aime pas le foie, les rognons. C’est une texture que je ne supporte pas en bouche. Et le goût, ce n’est pas possible pour moi! 

Ce que vous mangez et dont vous avez un peu honte, mais c’est trop bon!

«Le Parfait», pourtant, je n’en ai pas à la maison. C’est fou, un goût de mon enfance aussi. 

 Votre boisson de table préférée? 

Je ne peux pas dire autre chose que du vin. Je ne conçois pas un bon repas sans un bon vin. 

 Votre cépage préféré? 

L’Humagne rouge. On avait beaucoup de vignes dans la famille. La première que mon papa a plantée, c’était de l’humagne, dans un coin de terre que j’apprécie beaucoup. Il l’a plantée l’année de ma naissance. J’ai toujours été attaché à cette idée de racine. C’est un des premiers vins que j’ai découvert, le goût m’est toujours resté. C’est l’un des plus grands vins que l’on ait ici. Et il voyage très bien. A l’étranger, j’amène toujours de l’Humagne rouge. Dans l’humagne c’est comme s’il y avait le mot humain. Il a un côté humain et un côté sauvage aussi. Moi qui aime beaucoup les mets au fromage, si je mange une raclette, ce sera avec de l’Humagne rouge. 

 Votre coin du Valais? 

Champex. Le lac de Champex est un écrin magique, un lieu de ressourcement. J’y ai vécu des choses pas communes, émotionnellement et au niveau de l’amitié. C’est un lieu pour se reconstruire, pour s’évader et pour imaginer. 

 La saison appréciée? 

Le printemps, parce que ça revit. On est tout fou à la sortie de l’hiver, il y a les premiers rayons de soleil qui tombent sur la terrasse devant la maison. C’est réconfortant. Le printemps c’est la saison des promesses. 

 Votre animal fétiche? 

J’aime les oiseaux. J’aime le bal des hirondelles au printemps. Je suis un peu contemplatif. Je marche beaucoup, en plaine surtout. En rentrant de Conthey à Saillon, parfois le soir, je prépare mes photographies, je regarde. Paul Smith, le créateur dit que quand on marche, il faut toujours lever la tête. En l’air, c’est là que ça se passe, que l’on découvre les reflets, les ombres, la lumière et les oiseaux.

 

Des étoiles qui vont briller le valais
Cette année encore, un sac isotherme sera l’écrin des Etoiles du Valais. IVV

Depuis 16 ans, l’Interprofession de la Vigne et du Vin du Valais (IVV) distingue les meilleurs vins du canton. La collection 2021 a été présentée le 24 novembre à Fribourg. Elle se compose d’un Fendant Vétroz les Terrasses 2020 du Domaine de Jean-René Germanier, du Johannisberg 2020 de la Cave des Sentes à Sierre, du Franc-Tireur Heida 2020 des Fils Maye à Riddes, de la Petite Arvine 2019 de la Cave Pierre-Maurice Carruzzo & Fils à Chamoson pour les blancs. Les rouges sont constitués par Le Cornalin Réserve 2019 de la Cave La Romaine à Flanthey, la Dôle 2020 de la Cave Mabillard Vérène et JeanClaude à Champlan, de l’Humagne Rouge Grandmaître 2019 de Gregor Kuonen du Caveau de Salquenen AG et de la Syrah Diego Mathier 2019 d’Adrian & Diego Mathier Nouveau Salquenen AG.

L’Etoile du Valais d’Honneur est décerné à l’artiste new-yorkais Billy the Artist.

Le graphisme de la collection a été réalisé par Gaël Papilloud et les photographies sont de Mireille Stegmuller. «On crée la rencontre entre un et une graphiste et un/une photographe valaisan qui ne se connaissent pas pour construire le livret des “Etoiles du Valais”, note Gérard-Philippe Mabillard, directeur de l’IVV. On laisse libre cours à leur imagination. Cela donne des choses complètement folles, incroyables et uniques.»

Pratique
Pour commander la collection: 0273454080, par mail info@lesvinsduvalais.ch, sur le shop https://shop.lesvinsduvalais.ch/
par Didier Chammartin