Réservé aux abonnés

Garçons manqués et filles abîmées

En ce début du XXIe siècle, on élève encore les garçons et les filles de façon fort différente et tous le paient. Explications d'une spécialiste.
03 août 2015, 08:49
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

"Identité sexuée et socialisation différenciée". Le titre ampoulé de la conférence tenue vendredi 15 avril, dans le cadre des journées thématiques de la Hes-so Valais par Anne Dafflon-Novelle, Docteur en psychologie sociale, peut sembler obscur.

Il révèle pourtant une évidence inconsciemment refoulée. Oui, les petits garçons ne sont pas élevés et perçus comme le sont les petites filles. Et cela entraîne une société sexiste qui n'est pas prête &ag...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an