Fortifications valaisannes au cœur d’une exposition et d’un livre

Le patrimoine défensif du Valais fait l’objet d’une exposition itinérante à travers le canton dès le 2 juillet.
01 juil. 2021, 11:54
/ Màj. le 01 juil. 2021 à 14:54
Parmi les sites représentatifs sélectionnés: la fortification romaine du mur (dit) d’Hannibal, ici lors de recherches en 2019.

Vestiges de palissades préhistoriques ou kilomètres de galeries creusées durant la Seconde Guerre mondiale: le patrimoine défensif du Valais de la préhistoire à nos jours se révèle au grand public via une exposition et un ouvrage bilingues à découvrir dès vendredi.

Le Valais abrite de nombreux sites «témoignant du besoin de s’équiper pour parer les potentiels dangers de ces époques», indique l’Etat du Valais jeudi dans un communiqué. L’Office cantonal d’archéologie (OCA), porteur du projet, en propose «une synthèse grand public» couvrant l’ensemble du canton.

Parmi les sites représentatifs sélectionnés: la fortification romaine du mur (dit) d’Hannibal, les deux sites médiévaux de l’éperon du Cornillon et du château de Beauregard, les fortifications Dufour de l’époque moderne ou encore la forteresse de Naters de la Seconde Guerre mondiale.

«L’exposition bilingue «Là-haut, sites fortifiés du Valais de la Préhistoire à nos jours» sera présentée au World Nature Forum de Naters du 2 juillet au 9 septembre puis au château de Saint-Maurice du 11 septembre au 14 novembre 2021. Elle repartira ensuite dans la partie germanophone du canton, au château de Loèche de juillet à septembre 2022 pour revenir au centre culturel des Arsenaux à Sion, d’octobre à novembre 2022.

Les différentes architectures sur les reliefs alpins sont illustrées par des maquettes accompagnées d’une sélection d’objets découverts sur les sites. L’ouvrage en français et en allemand intitulé «Par monts et par vaux, sites fortifiés du Valais à travers le temps», réunit les contributions d’une dizaine de spécialistes. Le lecteur y découvre les sites présentés dans l’exposition et d’autres «répartis dans le canton et dans le temps», précise le canton.