Réservé aux abonnés

Elles lui ont tiré le portrait: Gérald Métroz, si entier qu’il a renoncé à être un homme debout

Le dernier lundi de chaque mois, Stéphanie Germanier et Sabine Papilloud tirent le portrait d’une personnalité, en mots et en photos. C’est l’ex-agent sportif et désormais chanteur Gérald Métroz qui inaugure ce nouveau rendez-vous. Tout entier. Toute l’histoire. En intégral.
27 janv. 2020, 07:51 / Màj. le 21 févr. 2020 à 10:57
Gérald Métroz se lance dans la chanson et inaugure un nouveau rendez-vous en mots et en photos pour «Le Nouvelliste».

Il est coupé en deux. Il lui manque ses jambes. Et pourtant, il trouve qu’il a beaucoup reçu dans son existence, en plus de ce qu’il est allé chercher lui-même.

Gérald Métroz a été gâté par la vie après qu’elle l’a amoché. «Gamin, je recevais des cartons de jouets envoyés par des inconnus à Noël. Des dessins d’enfants du monde entier. Une dame allemande m’a même adressé chaque année, jusqu’à sa mort, 20 marks.»

...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois