Réservé aux abonnés

Domiciliés en Valais avec un permis F, ils témoignent de la lourdeur du statut provisoire

Claudia Mawuli et Reza Khoshkoo vivent en Valais, mais sans garantie d’y rester. Leur permis F rend leur quotidien précaire. Une exposition à la Médiathèque de Sion parle de cette problématique.
28 mars 2018, 17:31 / Màj. le 30 mars 2018 à 09:57
Claudia Mawuli, originaire du Togo, vit avec un permis F depuis douze ans. Elle peine à décrocher un emploi à long terme.

Une lourdeur psychologique indéniable. C’est le sentiment général des personnes qui vivent en Valais avec un permis F, sésame délivré aux étrangers de façon provisoire. «Même si nous avons peu de risques d’être renvoyés dans notre pays d’origine, nous ressentons le poids de ce statut qui est officiellement provisoire», explique Reza Khoshkoo, Iranien de 28 ans établi en Valais depuis deux ans et détenteur d’un tel permis.

99% des personnes avec permis F restent

Et ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois