Réservé aux abonnés

Dans nos salons, des sapins du Nord

Le sapin de Noël indigène est très rare. La privatisation et la protection des forêts ainsi que le manque de cultures de conifères en Suisse obligent les fournisseurs à importer près de huitante pourcent de la marchandise.
02 août 2015, 19:41
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Avant d'arriver dans le salon et d'être paré de guirlandes lumineuses, le sapin de Noël parcourt une petite trotte. Qu'il s'agisse d'épicéas ou des très prisés sapins nordmann, peu sont cultivés en Suisse romande. Car en Valais par exemple, la plupart des forêts appartiennent à des bourgeoisies et sont de ce fait totalement privées. Ainsi, se promener en forêt, choisir son arbre et le scier relève du vandalisme.

«Parfois les gens pensent que comme ils paient des impôts, ils peuvent se servir de sa...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an