Saint-Bernard Express: 10 millions pour la gare de Bovernier et une ligne refaite entièrement à neuf

Inaugurée ce mercredi, la nouvelle gare de Bovernier marque la fin des grands travaux entrepris depuis dix ans sur la ligne de chemin de fer Saint-Bernard Express. 110 millions ont été investis et l’instauration en permanence de la cadence à la demi-heure devrait être effective courant 2022.
03 nov. 2021, 17:00
/ Màj. le 03 nov. 2021 à 21:09
A la sortie de la gare de Bovernier, direction Sembrancher, une double voie a été construite sur une longueur de 900 mètres afin de permettre des croisements dynamiques entre les trains.

«Les infrastructures de l’ensemble de la ligne de chemin de fer du Saint-Bernard Express, reliant Martigny au Châble et à Orsières, ont été refaites à neuf. Cette ligne est opérationnelle pour, au minimum, les cinquante prochaines années.»

Comme le souligne Jean-Paul Maye, directeur adjoint et responsable des infrastructures chez TMR SA (Transports Martigny et Régions), l’inauguration de la nouvelle gare de Bovernier, qui s’est déroulée ce mercredi, marque la fin des grands travaux entrepris depuis dix ans pour remettre tout le tronçon à niveau.

Des croisements dynamiques

Au total, 110 millions de francs ont été investis, dont 10 pour la gare de Bovernier. Ce chantier s’est déroulé en trois phases. Après les travaux préparatoires – murs de soutènement, prolongement des trois passages routiers inférieurs… – en automne 2020, la principale étape a nécessité la fermeture totale de la ligne, durant neuf semaines, entre juin et août 2021: «Toutes les installations ferroviaires – ligne de contact, rails, quais et équipements de sécurité – ont été démontées et reconstruites à neuf. Une double voie a notamment été aménagée sur 900 mètres pour permettre des croisements dynamiques à Bovernier.»


Désormais, les deux trains qui se croisent à Bovernier peuvent entrer simultanément dans la gare. © Le Nouvelliste

La gare de Bovernier représente en effet le nœud de l’exploitation pour le Saint-Bernard Express. C’est là que tous les trains se croisent: «Avant, un des deux trains devait s’arrêter et attendre l’arrivée de l’autre. Désormais, ils peuvent entrer simultanément dans la gare, ce qui permet de gagner du temps», explique Jean-Paul Maye.

Lors de cette seconde phase, un passage sous-voies, accessible aux handicapés, comme c’est désormais le cas dans toutes les gares de la ligne, a été construit. Enfin, la troisième étape concernait les travaux de finition, en collaboration avec la commune, et ceux de réaménagement de la place de parc de la gare.

Bientôt la cadence à la demi-heure

La finalité de ces travaux d’envergure est l’instauration d’une cadence à la demi-heure sur l’ensemble de la ligne. Un rythme déjà partiellement en vigueur, mais il faudra attendre encore quelques mois avant que ce ne soit le cas tous les jours de l’année, de 6 heures à 22 heures.

«Le réseau est prêt pour supporter cette cadence, qui est déjà effective le matin et en fin de journée. Mais sa mise en vigueur en permanence sera du ressort de l’exploitant de la ligne, la société RegionAlps, qui gère les horaires, le matériel roulant et le personnel», précise Jean-Paul Maye.

Et le Mont-Blanc Express?

Pour TMR SA, la suite des opérations se déroulera du côté de la ligne à voie étroite du Mont-Blanc Express, entre Martigny et Châtelard-Frontière. «Dix ans de travaux sont prévus entre l’assainissement des ouvrages – tunnels, ponts, murs de soutènement… – et la mise à niveau des gares. Quant au plus gros chantier, il s’agira du déplacement, dès 2024, de la gare des Marécottes», annonce le directeur adjoint.

par Olivier Rausis