Riddes: la falaise reste sous la surveillance du géologue cantonal

Bien que la vitesse de détachement de la falaise située sur les hauts de Riddes ait diminué depuis le 17 mai dernier, le géologue cantonal garde l'endroit à l'oeil.
07 août 2015, 11:24
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Riddes, le 17.05.2013. D'importants mouvements de terrain ont ete releves dans le secteur de Rosselin en amont du village de Riddes (VS). Cette zone fragile de 400'000 m3 surplombe la riviere de la Fare et menace de l'obstruer et de provoquer une crue ou un barrage de retenue des eaux, une dizaine de torrents coulant en amont de la zone. Les habitants de la zone menacee ont ete averti d'une possible evacuation d'urgence. La zone du Rosselin vue du telepherique Riddes-Iserables.  (Le Nouvelliste/Christian HOFMANN)

Après l'éboulement de quelque 60'000 mètres cubes de blocs de rocher le 17 mai dernier, une falaise située sur les hauts de Riddes (VS) est toujours sous surveillance. Les fortes pluies attendues ce week-end en Suisse devraient en partie épargner la région.

La vitesse de détachement atteignait 50 millimètres par heure le 17 mai peu avant l'éboulement de la partie instable de la falaise du Rosselin. "Aujourd'hui, elle n'est plus que de 2 millimètres par jour pour le compartiment encore instable", a indiqué vendredi à l'ats Jean-Daniel Rouiller, géologue cantonal valaisan.

Autant dire que, même avec des précipitations importantes, le détachement du reste de la falaise prendra beaucoup plus de temps que pour la première tranche, complète Jean-Daniel Rouiller.

La Fare risque un embâcle

Le géologue cantonal est un peu plus inquiet pour les matériaux retenus dans le lit du torrent situé sous la falaise. En effet, de très fortes pluies pourraient embarquer ces matériaux et provoquer un embâcle dans la rivière de la Fare située plus en aval.

Mais là aussi, la situation est sous contrôle: un instrument de mesure différentielle du débit de la Fare a été installé, relève Dominique Meizoz, responsable technique de la commune de Riddes. Si le débit devient plus faible en aval, cela signifierait qu'un bouchon s'est créé plus haut et une alarme est alors transmise.

Ce dispositif s'ajoute aux deux extensomètres mesurant l'écart entre la partie stable et celle instable de la falaises et reliés à un appareil GSM. L'ensemble de ces données sont accessibles online pour les géologues et la commune de Riddes.

De plus, une station pluviométrique avec un système d'alerte a été installée dans les environs du site mercredi. "Un premier seuil a été fixé dès que les 10 millimètres par heure seront dépassés", précise Jean-Daniel Rouiller.

Une vingtaine de sites

En Valais, une vingtaines de sites d'instabilité de terrain sont sous surveillance. Certains ne bougent pas, d'autres se mettent en mouvement subitement après des années d'immobilité, comme la falaise du Rosselin à Riddes.