Bovernier: deux nouvelles passerelles ont été installées dans les gorges du Durnand

Considérées parmi les dix plus belles d’Europe, les gorges du Durnand ont été dotées de deux nouvelles passerelles suspendues à l’initiative de la bourgeoisie de Bovernier.
14 juin 2020, 15:30
/ Màj. le 14 juin 2020 à 15:30
Les deux nouvelles passerelles permettent de traverser les gorges du Durnand en toute sécurité.

Le saviez-vous? Les gorges du Durnand situées à Bovernier sont considérées parmi les dix plus belles d’Europe et attirent plus de 10 000 visiteurs par année, en particulier des touristes en provenance du monde entier.

Pour garantir la sécurité de tout ce petit monde, la bourgeoisie de Bovernier a fait construire deux nouvelles passerelles suspendues de 20 et 30 mètres. «Nous avons investi près de 200 000 francs pour les ériger afin d’éviter une zone d’éboulement possible. Nous avons miné des rochers qui menaçaient de s’écrouler et réalisé d’autres travaux en matière de sécurité», détaille le président de la commune Marcel Gay.

«Cet aménagement confère encore plus de sensations aux promeneurs tout en offrant une vue magnifique sur les gorges», ajoute le président.

 

 

Les gorges du Durnand dont la partie visible s’étend sur environ 1 kilomètre sont accessibles par un petit sentier bucolique tracé à partir du restaurant du même nom aux abords de la route Les Valettes – Champex.

Le site se métamorphose ensuite en un parcours de passerelles suspendues et d’escaliers dotés de 330 marches au total. «La vision est féerique. Sous ses pieds, l’eau du Durnand roule, bouillonne, tourbillonne et rebondit avec fracas en une succession de quatorze cascades, toutes plus impressionnantes les unes que les autres», conclut Marcel Gay.

 

A lire aussi: Bovernier: à pied, d’une fontaine à l’autre

 

Infos pratiques

Jusqu’au 31 octobre tous les jours de 9 à 18 heures. Compter une heure de balade aller et retour. Entrée gratuite avec le pass du Saint-Bernard. Le restaurant des gorges est ouvert. Infos sur www.gorgesdudurnand.ch

 

par Charles Méroz