Haut Val Ferret: Alpages enfin avec électricité

Trois alpages du Haut Val Ferret ont inauguré dimanche une électrification souterraine longue de 5 kilomètres et qui aura coûté 1,1 million de francs financés par Orsières, le canton du Valais et la Confédération.
11 juil. 2021, 15:34
/ Màj. le 11 juil. 2021 à 15:48
L'alpage de la Plan-La-Chaux est désormais électrifié. Enfin. LDD

Ce week-end, la Commune d’Orsières a inauguré l’électrification souterraine des alpages des Ars-Dessous, de Plan-La-Chaux et de La Peule situés dans le Haut Val Ferret. 

Dans le cadre des améliorations structurelles de son territoire, la commune a lancé ce projet d’électrification des exploitations pastorales avec le soutien de la Confédération et du Canton du Valais. « C’est une étape nécessaire pour notre commune. Les activités pastorales représentent une part importante de notre économie. Si nous voulons maintenir nos exploitations agricoles, il est essentiel d’améliorer les conditions de travail. » explique Joachim Rausis, président de la commune d’Orsières. « Les inalpes, les désalpes, la production de fromages d’alpage, les bergers, les troupeaux : à travers ce projet, nous marquons aussi symboliquement l’attachement de la région à son histoire, ses traditions. »

Quatre ans de travaux, entre pentes et rochers

Le projet a été mené durant quatre ans par DransEnergie SA. Un budget de 1.1 million de francs, 5 km de câbles souterrains, trois stations transformatrices auront eu raison des impératifs du terrain. « Ce projet représente un défi d’ingénierie mais aussi de respect du paysage. Nous avons d’emblée souhaité être le moins invasif possible. Les lignes sont enterrées et les stations transformatrices adoptent un aspect de cabanes en pierres. » souligne James Derivaz, directeur de DransEnergie SA.
Un plus pour les exploitations agricoles

Du côté des éleveurs, c’est la satisfaction. Fini les génératrices ! Un tournant historique pour Jean-Baptiste Pralong, Président du consortage de Plan-La-Chaux. « L’accès au réseau électrique nous permet de supprimer les génératrices, les citernes à mazout et les risques de pollution. Nous réduisons aussi le bruit et la production de CO2 et c’est un confort aujourd’hui devenu nécessaire pour assurer la durabilité de cette activité ancestrale. »