«Harley-Davidson, c'est un mythe»

Restaurateur de profession, le Sédunois Patrick Schuppli a participé au 2e Bike Fest organisé à Verbier.
06 août 2015, 11:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Patrick Schuppli semble apprécier la compagnie de Yolande et de Marlène sur un modèle de Harley-Davidson exposé ce week-end à Verbier

Motard de longue date, Patrick Schuppli est un fan de Harley-Davidson depuis trois ans seulement. La relation que ce quadragénaire sédunois cultive avec sa «Softail» 1340 modifiée par les Bads Boys de Chamoson a débouché sur une passion qui l’a notamment conduit aux Etats-Unis, de San Francisco à Los Angeles en passant par Las Vegas et San Diego.

Ce dernier week-end, ce restaurateur de profession était à Verbier à l’occasion du deuxième Bike Fest mis sur pied par la Société de développement locale. Patrick Schuppli y était non seulement pour travailler mais aussi pour profiter du spectacle. Il dit apprécier l’ambiance qui règne dans la station bagnarde: «Cette manifestation est très bien organisée, les gens viennent d’un peu partout. Dans ce milieu, les moyens financiers ne manquent pas. Ce type de manifestation est réellement une plus-value pour la région qui l’accueille.»

«Cette passion m’a été transmise par un ami restaurateur, Michel Dubuis. Un jour, il m’a prêté sa machine. Depuis, je ne jure plus que par ma Harley-Davidson», lâche Patrick Schuppli. Son entrain n’a même pas été douché par un accident ayant entraîné l’amputation de deux doigts l’an dernier. «C’était une inattention de ma part. J’ai mis la main gauche dans la courroie de la moto. Cet accident survenu devant mon lieu de travail n’a en rien refroidi mon enthousiasme. Je suis toujours prêt à enfourcher mon engin et à bouffer de l’asphalte, comme l’on dit.»

Des kilomètres de bitume, Patrick Schuppli aura l’occasion d’en avaler en 2013 à l’occasion d’une aventure sur laquelle il est en train de plancher. «Pas moins de 7000 kilomètres sont au programme à partir de Chicago. Le but est de rallier Sturgis. Tous les ans en août, cette ville du Dakota du Sud accueille un incroyable rassemblement de motards, dont la plupart sont des passionnés de la marque américaine», explique notre homme, visiblement aux anges à l’idée de pouvoir vivre pareil événement de l’intérieur.

Sur le sol américain, Patrick Schuppli se sent si l’on ose dire comme un poisson dans l’eau au guidon de son Harley-Davidson. «L’an dernier, j’ai totalisé 4800 kilomètres au compteur. Les Etats-Unis, c’est un mythe, c’est la liberté, l’aventure. Les paysages sont d’une beauté incomparable. On y fait des rencontres exceptionnelles. Une Harley, ce n’est peut-être pas la moto la plus confortable, mais quand on la conduit sur les routes américaines, c’est une expérience extraordinaire qu’on ne peut pas vivre au volant d’une voiture. Il y a vraiment un truc en plus!»