Des traces de chlorothalonil dans le puits de l’Etray à Charrat

Des traces d’un fongicide ont été détectées dans un puits d’eau potable à Charrat. Pas de danger pour la population mais la commune de Martigny entend régulariser la situation.
10 mars 2021, 11:21
/ Màj. le 10 mars 2021 à 17:12
L'eau du puits de l'Etray à Charrat n'est utilisée qu'en cas de rigueur, notamment lors de périodes de lutte contre le gel.

Dans le cadre de ses procédures de contrôle qualité de l’eau potable distribuée, Sinergy a entrepris, en septembre dernier, des analyses d’eau ciblées sur la station de pompage de l’Etray à Charrat.

Des métabolites (résidus) du chlorothalonil, un fongicide utilisé dans l’agriculture dès les années 70, mais interdit par l’Office fédéral de l’agriculture depuis le 1er janvier 2020, y ont été détectés.

En savoir plus: Des traces de chlorothalonil dans de l’eau potable en Valais: les réactions des communes concernées

Pas de danger pour les consommateurs

Cette situation ne présente pas de danger pour la santé des consommateurs, mais la commune de Martigny et Sinergy envisagent plusieurs solutions, en collaboration avec l’Etat du Valais, pour répondre aux exigences légales en la matière.

Les explications de Blaise Larpin, municipal chargé de l’environnement: «Si la situation n’est pas alarmante, nous allons tout entreprendre pour fournir une eau de haute qualité à la population. Je précise que ce puits n’est utilisé qu’en cas de rigueur, lors des périodes de lutte contre le gel ou de sécheresse et que les traces détectées sont infimes.»

Il ajoute que, depuis 2010, les Charratains sont approvisionnés en eau potable par les sources en provenance de Martigny et, qu’en 2020, le puits de l’Etray n’a été mis en service que cent heures.

Plan d’irrigation à revoir

Les autorités sanitaires indiquent que les consommateurs peuvent continuer de boire de l’eau potable dans laquelle des métabolites du chlorothalonil ont été détectés. La commune de Martigny a toutefois décidé de limiter au maximum l’utilisation de l’eau de l’Etray, tout en la contrôlant régulièrement.

«Dans un souci de transparence et de sécurité, nous avons renforcé l’autocontrôle de l’ensemble de nos puits. Pour l’avenir, nous en sommes au stade des pistes à explorer mais, à moyen terme, il s’agira de mettre à jour notre plan d’irrigation», conclut le municipal martignerain.

par Olivier Rausis