A Fully, le chantier pour sécuriser le Rhône démarre

Les travaux pour consolider la digue du Rhône ont démarré dans la commune. Avec sa longueur totale de 3,8 kilomètres, Fully est le deuxième plus grand chantier de la troisième correction du fleuve. Son coût: 3,3 millions de francs.
18 avr. 2019, 17:00
/ Màj. le 18 avr. 2019 à 17:00
A Fully, les travaux de renforcement de la digue se dérouleront d'avril à juin 2019.

Ça y est, les premiers coups de pioches ont été donnés à Fully, dans le cadre de la troisième correction du Rhône. «C’est un soulagement et une immense satisfaction de voir ce projet se matérialiser enfin», sourit Edouard Fellay, président de la commune de Fully.

Au début, ce projet était perçu comme quelque chose d’illusoire.
Jacques Melly, chef du Département de la mobilité, du territoire et de l’environnement (DMTE)

Un sentiment partagé par le conseiller d’Etat Jacques Melly, chargé du Département de la mobilité, du territoire et de l’environnement. «Au début, ce projet était perçu comme quelque chose d’illusoire. Aujourd’hui, les travaux ont débuté, c’est du concret.»

Protéger directement 500 personnes

Les travaux coûteront 3,3 millions de francs et dureront trois mois. Il s’agit d’une première mesure anticipée, en vue de protéger les plus de 500 personnes résidant en pied de digue du fleuve. «Si une digue lâche, un bout de maison pourra partir avec. Dans un périmètre de 150 mètres, l’eau est assez forte pour faire exploser des baies vitrées et même déplacer un banc de bâtiments», explique Tony Arborino, chef de l’Office cantonal de construction du Rhône.

Pour rappel, les travaux de renforcement à Fully visent à supprimer le risque de rupture de digues en cas de forte crue du fleuve et de protéger les personnes qui habitent à proximité. Aussi, ils permettront de rendre les 18 hectares proches de la digue constructibles. Au total, 6000 personnes sont concernées par ces zones de dangers.

Des digues fines et poreuses

«Dans l’absolu, les digues doivent être larges et étanches. Or, le problème avec les digues du Rhône, c’est qu’elles sont fines et poreuses», précise Tony Arborino. L’idée est donc de combattre cette difficulté en installant un rideau étanche, qui prendra la forme de parois de métal, de 4,5 mètres de profondeur, enfoncées à l’intérieur de la digue sur une longueur de 3,5 kilomètres.

Le chantier fulliérain a été mis à l’enquête publique en 2017, et devait débuter initialement à la fin de l’année 2018. Il a été retardé en partie à cause du temps de commande de parois de métal.

En 2019, d’autres chantiers démarreront à Massongex, Sierre et Sion. Les travaux de sécurisation sont toujours en cours à Viège, plus grand chantier de la troisième correction du Rhône avec ses 8 kilomètres. Au total, le coût de la sécurisation du Rhône est estimé à 3,5 milliards de francs.

par Hélène Krähenbühl