Réservé aux abonnés

A chacun ses pâques

03 août 2015, 08:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Elle nous a fait une fleur, la nature. D'accord, c'est le printemps. L'époque où la sève monte jusqu'aux éclats. Mais de là à nous dévoiler son désir de manière si impudique, il y a un pistil d'irrespect et de sacrilège. Imaginez une floraison de deux mètres de haut, dressée comme un sexe au beau milieu du jardin botanique de Bâle! De quoi émoustiller les regards, au-dessus de son odeur cadavérique. Irrespect donc. Car générateur de complexes masculins. On a beau se dire que s...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois