Violence policière: la Suisse aussi a eu son affaire «George Floyd»

La violence policière contre les noirs affecte aussi la Suisse. Rappelez-vous, en mars 2018, le Nigérian Mike Ben Peter perd la vie après un contrôle policier à Lausanne. Maintenu à terre pendant six minutes, il décède le lendemain d’une crise cardiaque à l’hôpital. L’enquête pénale sur les six policiers est toujours en cours.
04 juin 2020, 21:11
/ Màj. le 04 juin 2020 à 23:50
En mars 2018, ils étaient environ 500 à défiler dans les rues de Lausanne pour rendre hommage à Mike, Nigérian décédé au lendemain d'un contrôle de police.

La mort tragique de George Floyd à Minneapolis, asphyxié par un policier le 25 mai dernier, ravive la mémoire des violences policières dans plusieurs pays. Et la Suisse n’échappe pas à la règle. En mars 2018, le Nigérian Mike Ben Peter décède à Lausanne, douze heures après un contrôle policier.

Ni vidéo, ni témoin direct

Le mercredi 28 février, en fin de soirée, une patrouille de la Police municipale de Lausanne procède à un contrôle contre le deal de rue. «L’homme est immobilisé face contre terre pendant six minutes. Le poids de six policiers le poussant au sol», retrace le Blick.

Pour le Berner Zeitung, l’affaire ressemble étrangement à celle de George Floyd. «Tous deux sont morts la tête baissée, alors que la police les avait immobilisés pendant plusieurs minutes sur le sol». Mais cela, à une différence près: l’agonie de Floyd a fait le tour du monde. Pour Mike, il n’y a eu aucun témoin direct.

A lire aussi: Lausanne: c’est un arrêt cardiaque, pas une overdose, qui a tué le Nigérian Mike

A l’époque des faits, la cause de la mort du Nigérian de 40 ans est donc très débattue. «La police dit avoir trouvé des boulettes de cocaïne dans sa bouche et la piste de l’overdose a été envisagée. Mais pour l’avocat de la famille de la victime, cette hypothèse ne tient plus», rapporte la RTS. Le résultat de l’analyse toxicologique dévoilé en septembre 2018 n’indiquera aucune trace de cocaïne dans le sang de la victime.
 


Deux ans et trois mois après les faits, l’enquête pénale est toujours en cours. Et comme pour l’affaire George Floyd, elle ne laisse pas indifférent.

En effet, quelques jours seulement après le drame, 500 manifestants descendaient dans la rue pour rendre hommage à Mike et dénoncer les violences policières. «Nous avons besoin de paix», «Qui a tué Mike?», «La vie des noirs compte», scandaient-ils vigoureusement en anglais, pancartes à la main. 

A lire aussi : Lausanne: après la mort d’un Nigérian, 500 personnes manifestent contre les violences policières

 

par Hélène Krähenbühl