Réservé aux abonnés

Un Romand chef espion?

Le Conseil fédéral va bientôt nommer le nouveau chef du Service de renseignement.
31 mars 2018, 00:01
/ Màj. le 02 avr. 2018 à 12:47
ARCHIV - ZUM WECHSEL VON NDB-CHEF MARKUS SEILER INS DEPARTEMENT VON AUSSENMINISTER IGNAZIO CASSIS ALS NEUER GENERALSEKRETAER, AM MITTWOCH, 08. NOVEMBER 2017, ERHALTEN SIE FOLGENDE ARCHIVBILDER ----- Portrait of Markus Seiler, Director of the Swiss Federal Intelligence Service, FIS, taken at the FIS headquarters in Bern, Switzerland on April 7, 2017. (KEYSTONE/Alessandro della Valle) 

Markus Seiler, Direktor des Nachrichtendienstes des Bundes, NDB, portraitiert am 7. April 2017 am Sitz des NDB in Bern. (KEYSTONE/Alessandro della Valle) SCHWEIZ NACHRICHTENDIENST MARKUS SEILER

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) va bientôt refaire parler de lui. Pas à cause de l’ex-espion suisse Daniel M., dont la mission secrète en Allemagne vient d’être crucifiée par la Délégation des commissions de gestion, l’organe de haute surveillance parlementaire. Mais parce que le Conseil fédéral doit prochainement nommer le successeur du Bernois Markus Seiler à la direction.

Ministre de tutelle, le Vaudois Guy Parmelin (UDC) est en train de mûrir son choix. Trois Romands semblent tenir la corde pour reprendre les destinées du contre-espionnage à croix blanche. Il devrait s...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois