Santé: leur franchise épuisée, de nombreux Suisses se ruent chez le médecin en fin d’année

Au cours des dernières semaines de l’année, de nombreux patients consultent des spécialistes si leur franchise de l’assurance maladie est épuisée.
24 déc. 2018, 11:00
/ Màj. le 24 déc. 2018 à 10:04
En fin d'année, le nombre de consultations médicales explose en Suisse. (illustration)

Les cabinets médicaux sont très fréquentés au cours des dernières semaines de l’année. Et pour cause: de nombreux patients se ruent chez les médecins parce que leur franchise est épuisée.

En 2017, entre les semaines 46 et 51, le nombre de visites était particulièrement élevé, selon une évaluation de la compagnie CSS, relayée par la SonnatgsZeitung. Plus de 50’000 consultations par semaine ont été enregistrées concernant les assurés de la plus grande caisse maladie de Suisse. Extrapolé à tout le pays, ce chiffre s’élèverait à 300’000. Une tendance à la hausse.

Les spécialistes sollicités

Une fois que les patients ont épuisé leur franchise, les soins ne sont plus à la charge de leur porte-monnaie. Ils ont donc davantage tendance à aller voir leur généraliste, mais aussi à profiter de prestations de spécialistes qu’ils n’auraient pas forcément sollicitées le reste de l’année. Et il faut faire vite, car dès que la nouvelle année est arrivée, ces privilèges s’envolent. «Des patients veulent venir parce qu’ils ont épuisé leur franchise et le disent ouvertement au téléphone», confirme à la SonntagsZeitung Roger Gablinger, urologue. Le spécialiste dit qu’il peut comprendre ce comportement. «Quiconque a déjà payé 1500 ou 2500 francs de frais de soins de santé en plus des primes tente de faire des économies.»

Comme le rappelle le magazine Bon à Savoir, la franchise est due par année civile, et doit être réglée à nouveau en 2019. «Si un traitement médical se trouve « à cheval » sur deux années, il faut à nouveau régler la franchise, en 2019, à hauteur du montant convenu. Le fait qu’il s’agisse de la continuation de soins ne joue aucun rôle.»

 

par Marie Dorsaz