Réforme de l’AVS: les Etats se prononcent en faveur de la retraite des femmes à 65 ans

La pétition «Pas touche aux rentes des femmes», signée par plus de 300’000 personnes, n’aura pas eu d’effets directs. Le Conseil des Etats s’est positionné lundi par 30 voix contre 12, et 2 abstentions, sur un relèvement de l’âge de la retraite de 64 à 65 ans.
15 mars 2021, 18:21
/ Màj. le 15 mars 2021 à 19:44
Le Conseil des Etats a empoigné la nouvelle réforme de l'AVS ce lundi.

L'âge de la retraite des femmes devrait être fixé à 65 ans. Le Conseil des Etats a accepté lundi par 30 voix contre 12 de relever l'âge de référence dans la réforme de l'AVS. La gauche s'y est opposée en vain, y voyant là un mauvais signal pour l'égalité.

Le relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite pour les femmes devrait permettre de réaliser 1,4 milliard de francs d’économies dans l’AVS d’ici à 2030. Cette mesure est nécessaire, a estimé Erich Ettlin (Centre/OW) au nom de la commission.

Les femmes qui atteignent l'âge de la retraite touchent des rentes qui sont globalement inférieures d'un tiers à ce que touchent les hommes, a relevé Marina Carobbio (PS/TI). Cet écart est le reflet des inégalités salariales et des inégalités subies tout au long du parcours professionnel. Elles doivent aussi être prises en compte.

A lire aussi : Prévoyance vieillesse: le débat sur la retraite s’est durci, estime Alain Berset

La réforme prône la solidarité. Ce projet d'harmonisation de l'âge de la retraite ne l'atteint pas, a poursuivi la Tessinoise. Après une vie de travail, les femmes doivent trouver durant leur retraite une vie digne, a renchéri Lisa Mazzone (Verts/GE). En Suisse romande, si le projet de prévoyance vieillesse 2020 a été rejeté en 2017, c'est avant tout à cause de ce point, a-t-elle rappelé.

Le ministre des assurances sociales Alain Berset a lui aussi mis en avant l'échec devant le peuple des précédents projets de relèvement de l'âge de la retraite des femmes. Pour le Conseil fédéral, ce n'est ni une évidence, ni un acquis, raison pour laquelle des compensations sont nécessaires, a-t-il dit.

Le débat se poursuit.